- PUBLICITÉ -

En date de jeudi, Joël Teasdale totalisait 16 points depuis son arrivé à Rouyn-Noranda. (Crédit photo: Sylvain Charest)

Retour à la maison émotif pour Joël Teasdale

Dame nature a de nouveau joué les trouble-fêtes lors du retour d’un ancien de l’Armada. Joël Teasdale a été honoré par son ancienne formation, mercredi soir.

Au cours d’une cérémonie de cinq minutes, l’attaquant de 19 ans a travaillé fort pour contenir ses émotions. Il a été chaudement applaudi par les spectateurs présents.

« En début de rencontre, ça l’a affecté mon jeu, avouait Teasdale. J’étais sur le bord d’avoir des larmes. Avec ce genre d’émotions, tes jambes deviennent plus lourdes, mais plus le match avançait plus ça se replaçait. »

Visitez lamoisson.com
- Publicité -

Le tout a paru au cours des deux premiers vingt. Teasdale était hésitant à jouer un jeu physique qui a fait son nom au cours des dernières saisons. Voyant son poulain être quelque peu gêné, Mario Pouliot a dû intervenir entre la deuxième et la troisième période.

« Tu dois laisser les joueurs vivre le moment. Je ne l’ai pas préparé. Je lui ai juste parlé après la deuxième période parce qu’il essayait d’en faire trop seul et lui rappeler d’en profiter en troisième, précisait Mario Pouliot, entraîneur-chef des Huskies. Je trouvais qu’il ne bougeait pas ses pieds et qu’il ne jouait pas comme d’habitude et c’était compréhensible. »

Depuis son arrivée en Abitibi-Témiscamingue, les points n’ont cessé de s’accumuler pour Teasdale. Pivotant le premier trio avec Peter Abbandonato et Alex Beaucage qui totalisent chacun 77 et 58 points. En sept rencontres, il a récolté 13 points, tout en amassant un point lors de chacune de ces joutes, chose qu’il a prolongée à huit contre l’Armada.

« Quand tu arrives dans une équipe de ce calibre-là avec ces joueurs, ça t’aide et ça te pousse à travailler encore plus fort. Avec Abbandanato et Beaucage, je vais récolter un peu de points », mentionnait celui qui en a récolté trois face à son ancienne formation.

S’en attendre sans le savoir

Lorsqu’il a été échangé, Blainville-Boisbriand amorçait un voyage de deux matchs en autant de soirs en Abitibi-Témiscamingue. Le 3 janvier, Teasdale disputait sa dernière joute avec le Blanc et Noir ayant un petit doute en tête.

« J’y pensais que je montais possiblement une dernière fois en Abitibi-Témiscamingue, mais sans plus. Après la rencontre à Rouyn-Noranda, je m’étais préparé pour aller affronter les Foreurs, se rappelait l’ancien de l’Armada. C’est après le repas d’avant-match, avant de partir pour Val-d’Or que Pierre Cloutier m’a annoncé la nouvelle. »

S’il a grandi en étant toujours près du nid familial, Teasdale expliquait qu’il souhaitait goûter un peu à quelque chose de nouveau.

« Je voulais un peu essayer autre chose parce que j’ai toujours vécu à la maison, a-t-il dit. Là d’être en famille de pension, d’être loin de chez moi, c’est un autre défi. »

Plus la fin de saison approche, les chances de voir les Huskies affronter l’Armada augmentent. Le numéro 24 trouverait un tel scénario spécial. Avant la rencontre, il ne souhaitait pas trop frapper ses amis, ce qu’il a respecté lors des 60 minutes de jeu.

Un revers sans surprise

La Flotte a subi un écrasant revers de 10-0. Peter Abbandonato a réalisé son troisième tour du chapeau de la saison. Alex Beaucage et Rafaël Harvey-Pinard ont enfilé l’aiguille à deux occasions.

Chez l’Armada, Brendan Cregan a amorcé la joute en bloquant 28 lancers avant d’être remplacé à mi-chemin par Samuel Boileau qui arrêté 10 rondelles.

Embourbé dans un problème de défenseurs, Antoine Rochon a joué la moitié de la rencontre à la ligne bleue, ce qu’a aimé Bruce Richardson.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

Concours IGA Lamoureux
- PUBLICITÉ -
Top