- PUBLICITÉ -
Alexandre Périard n’a aucun regret

SourceURL:file://localhost/Volumes/Text/A)-TEXTES%20JOURNALISTES/%20TEXTES%20EV.%20et%20%20CONC./09%20septembre%202012/01%20et%2005%20septembre/SPalex%20p%C3%A9riard%201%20sept%202012%20-C.doc

Alexandre Périard n’a aucun regret

Pour son aventure au baseball majeur

Retranché au camp d’entraînement des Mariners de Seattle au printemps dernier, Alexandre Périard a décidé de mettre en veilleuse sa carrière de joueur de baseball, à tout le moins pour le reste de la saison 2012.

Celui qui a célébré son 25e anniversaire, le 15 juin dernier, occupe depuis récemment un poste de vendeur automobile à Repentigny. Au moment d’écrire ces lignes, ce nouveau papa depuis moins d’un an est sur le point d’entrer dans sa nouvelle demeure, qu’il s’est procurée dans les environs de Saint-Jérôme.

Bref, à moins d’avoir une offre des plus intéressante d’une organisation du baseball majeur, il serait étonnant que Périard s’accroche à son rêve d’accéder aux majeures, en décidant de traîner son baluchon d’un circuit professionnel à l’autre. Cependant, cet hiver, il n’écarte pas la possibilité d’écouter les propositions qui lui seront faites si jamais, par exemple, les Capitales de Québec lui font signe.

Il va sans dire, par ailleurs, que toutes les équipes du senior élite accueilleraient à bras ouverts un lanceur de sa trempe. Celui qui a grandi en sol eustachois a toujours été reconnu comme un excellent joueur d’équipe et surtout pas du genre à avoir la tête enflée. De nature plutôt réservée, ceci ne l’empêchait pas pour autant de s’imposer, une fois installé sur la butte.

Pas de place pour lui

N’étant vraiment pas au sommet de sa forme l’an dernier, Périard n’a pu se faire justice après que les Mariners l’aient signé pour le reste de la saison 2011. Ces derniers ont cependant tenu à lui donner une autre chance cette année, en l’invitant à leur camp d’entraînement. Après s’être entraîné extrêmement fort lors des mois précédents, le gaillard de 6 pi 1 po et 215 livres s’est donc présenté avec beaucoup de confiance. Malheureusement, dans le but que l’organisation refasse ses lettres de noblesse, les Mariners avaient invité une impressionnante quantité de lanceurs. Compte tenu de son statut de joueur étranger et de son âge, dans les circonstances, Périard a compris qu’à moins d’un miracle, il n’y aurait pas de place pour lui. «Pour vous donner une idée du calibre des lanceurs qui étaient sur place, ils ont même libéré Philippe-Alexandre Valiquette, qui en plus d’être un gaucher, compte sur énormément de vélocité.»

Pas de remords

Repêché en 16e ronde par les Brewers de Milwaukee en 2004, Alexandre Périard peut se targuer d’être le seul joueur issu du baseball mineur eustachois à avoir œuvré dans un match préparatoire du baseball majeur. À son palmarès, outre certains faits d’armes individuels accomplis chez les pros dans les niveaux A et AA, il a été invité à quelques reprises à porter les couleurs de l’équipe nationale canadienne.

Alexandre semble en paix avec lui-même. «Je n’ai vraiment aucun regret. Je me suis toujours entraîné fort et fait de mon mieux dans le but de performer et m’améliorer.»

D’autre part, trempant dans l’univers du baseball depuis sa jeune enfance, à l’écouter s’exprimer, on sent qu’il a le goût d’enseigner les rudiments de ce sport aux plus jeunes. D’ailleurs, au nombre de ceux qui ont déjà fait appel à ses services, Sylvain Latreille ne tarit pas d’éloges envers les conseils prodigués par Alexandre à l’endroit de son fils Alexis.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top