- PUBLICITÉ -
À Val Saint-Côme: Bilodeau premier

Alexandre Bilodeau a devancé Mikaël Kingsbury et l'Américain Bradley Wilson lors de la dernière compétition de Coupe du monde de bosses avant les Jeux olympiques.

À Val Saint-Côme: Bilodeau premier, Kingsbury deuxième

C’est Alexandre Bilodeau, de Rosemère, qui a remporté l’épreuve de Coupe du monde de bosses présentée à la station de ski Val Saint-Côme, dimanche. Il a devancé Mikaël Kingsbury, de Deux-Montagnes, et l'Américain Bradley Wilson. Il s’agissait de la dernière compétition avant que les bosseurs ne se retrouvent aux Jeux olympiques de Sotchi, le 10 février prochain.

À Val Saint‑Côme, dans la région de Lanaudière, la station de ski présentait sa première Coupe du monde de bosses et l’organisation a décidé d’inaugurer sa piste sous le nom de Alexandre Bilodeau. Et bien, Alexandre a fait les choses en grand et a fait honneur à sa piste puisqu’il a été le meilleur lors des descentes de qualification, de la finale et de la super finale.

Le bosseur rosemèrois de 26 ans a survolé la super finale en amassant 26,49 points tandis que Mikaël Kingsbury a suivi avec 25,66 points et l’Américain a eu 23,90.

«C’est ma dernière Coupe du monde au Québec de ma carrière. De terminer comme ça, avec les deux meilleures descentes de ma carrière, c’est exceptionnel. Je suis vraiment content. Mikaël m’a vraiment aidé à sortir ces deux descentes. S’il n’était pas là, j’étais deuxième. Il ne fait jamais d’erreur et me force à toujours y aller à fond de train», a déclaré Bilodeau quelques minutes après la confirmation de sa victoire.

Pour sa part, Mikaël Kingsbury descendait avant Alexandre: «Je n’ai pas poussé en vitesse à 100 pour cent, mais j’ai suivi mon plan de match. Je n’ai pas fait d’erreur. Il fallait qu’Alex réussisse une grosse descente. II en a fait une incroyable. Tout le crédit lui revient. Je suis super content et le meilleur est à venir pour le 10 février», a ajouté Kingsbury en référence à la confrontation que les deux Québécois se livreront lors des Jeux de Sotchi.

Depuis le début de la saison, Bilodeau et Kingsbury sont les deux meilleurs au monde dans leur discipline et se sont partagé les victoires des six Coupes du monde disputées jusqu’à maintenant. Si Kingsbury a remporté les trois premières, les trois suivantes sont allées du côté de Bilodeau. «C’est un quatre de sept. Nous sommes en finale. Le timing est parfait pour les Jeux», a analysé Kingsbury.

L’actuel détenteur du Globe de cristal pour sa phénoménale saison l’an dernier sait déjà ce qu’il va faire, en Russie, pour remporter l’or contre son adversaire qui, lui, ne vise rien de moins qu’une deuxième médaille olympique en or après celle de Vancouver en 2010.

«Je peux retrancher une seconde, une seconde et demie facilement à ce temps et mettre plus d’amplitude dans mes sauts», a expliqué Kingsbury, qui reconnaît que Bilodeau était le maître sur sa piste à Val Saint‑Côme.

«Ça a été comme ça toute la saison. Lorsque j’ai remporté mes trois courses, Alex a skié avant moi et m’a mis de la pression. Pour ses trois victoires, c’est moi qui a skié devant lui pour lui mettre la pression. Cette dernière victoire lui appartient. Je voulais donner le meilleur de moi‑même, j’étais le premier en bas, et j’étais fier de moi. Je n’avais plus de contrôle une fois qu’Alex était en piste.»

Si la foule s’est manifestée bruyamment pour les descentes de Bilodeau et Kingsbury, elle s’est carrément déchaînée pour Marc-Antoine Gagnon, de Terrebonne, un skieur du club de Val Saint‑Côme. Gagnon a terminé septième et a obtenu son laissez-passer pour les Jeux. Les trois Québécois iront s’entraîner à Tignes, en France, avant d’aller à Sotchi.

 

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top