- PUBLICITÉ -
À défaut des séries éliminatoires, les Championnats provinciaux

Photo Michel Chartrand - Pour des joueurs prometteurs de 15 ans comme Benjamin Bohémier, ces parties supplémentaires, en route vers une place aux Championnats provinciaux, représentent des opportunités additionnelles pour augmenter leur valeur en vue du prochain repêchage de la LHJMQ.

À défaut des séries éliminatoires, les Championnats provinciaux

Pour les Vikings de Saint-Eustache

Exclus des séries éliminatoires, les joueurs des Vikings de Saint-Eustache joueront maintenant pour leur honneur, en tentant de se qualifier pour les Championnats provinciaux, qui se dérouleront à Laval, du 18 au 22 avril.

Ainsi, après près de trois semaines d’inactivité depuis le dernier match du calendrier régulier, le 12 février dernier, les Vikings entameront, le 2 mars prochain, une courte série 2 de 3 face aux Grenadiers de Châteauguay.

Dans le cas d’une victoire à l’issue de cette confrontation, les hockeyeurs eustachois devront remporter une autre série par la suite pour s’assurer de leur laissez-passer pour la finale provinciale. Advenant une défaite contre les Grenadiers, la saison 2011-2012 des Vikings sera terminée.

Pour l’entraîneur-chef Dave Thériault, il va sans dire que ce n’était pas le scénario souhaité. Rappelons que les Vikings ont été privés d’une participation aux éliminatoires par un seul point. «Même si nous avions joué qu’une seule ronde en séries, j’aurais aimé que les gars vivent cette expérience. Même si c’est moins prestigieux, j’espère quand même que les joueurs sauront tirer leur épingle du jeu à compter de samedi prochain. Avec plusieurs joueurs susceptibles de revenir avec nous l’an prochain, je trouve qu’il est important qu’ils nous montrent leur capacité à exceller sous pression», a précisé Thériault.

Retour sur la saison

Appelé à dresser un bilan de la saison, Dave Thériault n’hésite pas à souligner que le départ des deux Venne, Antoine et Philippe, s’est avéré un fait marquant. Avec le départ de ces deux attaquants et vétérans d’impact, l’état-major des Vikings n’a eu d’autre choix que d’accroître les responsabilités des autres joueurs. Dans ce contexte, les résultats n’ont pas toujours été probants. D’ailleurs, cette perte de talent, de profondeur et surtout de leadership s’est fait sentir dans le dernier droit du calendrier régulier.

«Nous avons travaillé fort pour redéfinir l’identité du club. Par contre, avec une jeune équipe, les gars n’ont pas su comment bien répondre aux attentes et composer avec les différentes situations dans les parties avec plus de pression», d’analyser l’entraîneur-chef.

En défensive, le personnel d’entraîneurs semble unanime à déclarer que lorsque Carl Neill a manqué quelques parties ver la fin, son absence s’est fait sentir, les autres membres de la brigade défensive ayant du mal à élever leur niveau de jeu.

Au niveau des gardiens, constat similaire, alors que dans les trois dernières rencontres en saison régulière, les David Richer et Jeffrey Turcotte, sans être mauvais, n’ont pas effectué suffisamment d’arrêts clés, qui auraient peut-être permis à leur formation de renverser la vapeur.

À l’opposé, le rendement de l’attaque a surpris les dirigeants du club eustachois. Avec le retour en force de Francis Perron, l’équipe a même quitté les bas-fonds du circuit au niveau de l’avantage numérique pour clore au milieu du peloton.

Parmi les avants qui ont retenu l’attention depuis les Fêtes, il y a Benjamin Bohémier qui, soit dit en passant, a été nommé la recrue offensive par excellence de la ligue en février.

 

 

 

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top