- PUBLICITÉ -
6e victoire en huit épreuves individuelles pour Kingsbury

SourceURL:file://localhost/Volumes/Text/A)-TEXTES%20JOURNALISTES/%20TEXTES%20EV.%20et%20%20CONC./02%20f%C3%A9vrier%202013/23%20et%2027%20f%C3%A9vrier/2JFCKingsbury_Japon%20-C.doc

6e victoire en huit épreuves individuelles pour Kingsbury

Au Japon

Lors du huitième arrêt sur le circuit de la Coupe du monde, à Inawashiro, au Japon, le Deux-Montagnais Mikaël Kingsbury a signé, le 22 février dernier, une sixième victoire en huit tentatives au cours de cette saison préolympique.

Le bosseur de 20 ans a d’abord terminé quatrième lors de la première finale. Affichant plus d’assurance lors de la super finale, il s’est accaparé des grands honneurs, les juges lui attribuant une note de 23,41. Il a devancé l’Américain Bradley Wilson qui a récolté 23,31 points. C’est le Rosemèrois Alexandre Bilodeau qui a soutiré la troisième place avec une note de 22,65 points.

Selon ce que Kingsbury a expliqué aux représentants de l’Association canadienne de ski acrobatique, une chute de neige au cours de la nuit a fait en sorte que le parcours s’est ramolli. La piste est devenue plus glissante au fur et à mesure que les nuages ont couvert le ciel lors de la finale. «J’ai eu de la difficulté en finale, en fait, je n’ai pas du tout exécuté la descente que j’avais prévue, mais j’ai résisté et je suis parvenu à accéder à la super finale», a-t-il d’abord mentionné. C’était très glissant, alors il était impératif de bien contrôler sa vitesse. J’ai appris de ma descente en finale et corrigé le tir en super finale. Je suis très content», se réjouissait Kingsbury.

Le jeune homme considère par ailleurs que la piste est une des plus difficiles au monde en raison de l’angle de la pente qui est plus abrupt.

«Nous étions quatre Canadiens sur six en super finale et les filles étaient trois, c’est bien de voir qu’on se démarque même quand c’est difficile», a indiqué Kingsbury à Sportcom.

Les pointages ont été plus bas qu’à l’habituel, puisque les bosseurs ne sont pas arrivés en bas de la piste dans le temps requis pour ajouter des points bonis. «Il y a un temps de base qui est calculé selon la longueur de la piste, mais c’était tout simplement inaccessible», a précisé le skieur. C’était la toute première fois que Kingsbury dévalait les pentes japonaises d’Inawashiro. «Les bosses n’étaient pas aussi hautes que prévu, il fallait être prudent», a-t-il poursuivi.

Lendemain moins productif

Performant en individuel, Kingsbury a cependant pour une rare fois connu une journée plus laborieuse le dimanche 24 février.

Commettant son lot de petites erreurs, il a dû se satisfaire du cinquième rang en duel. Kingsbury a terminé deuxième en qualifications derrière Alexandre Bilodeau, mais Bradley Wilson a provoqué sa sortie en quart de finale.

L’entraîneur de l’équipe, Steve Omischi, estime que de la fatigue et un adversaire plus affamé ont influé sur les performances de l’équipe canadienne et donc celle de Kingsbury.

Les 150 points d’avance que Mikaël Kingsbury possède sur Bilodeau, deuxième au classement, lui permettent de garder le maillot jaune du meneur.

Kingsbury s’est maintenant rendu à Copenhague, au Danemark, afin de profiter de quelques jours de repos. Il partira ensuite pour Voss-Myrkdalen, en Norvège, site des prochains Championnats du monde. L’action reprendra le 5 mars. Mikaël bénéficiera sur les lieux de la présence de ses parents, Julie Thibaudeau et Robert Kingsbury, qui viendront l’y encourager.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top