- PUBLICITÉ -
Entête - Lettres ouvertes

Saison 3

Ha! L’automne

31 octobre

d’une richissime demeure

sur l’immense parterre

tous déguisés…

fringués et masqués

s’éclatent sans bornes

foule de jeunes personnes

 

À la pénombre

sur tout le village

plane un épais brouillard

au-dessus des têtes

un énorme nuage

boum! Brusquement éclate l’orage

de violents coups de tonnerre

précédés de fulgurants éclairs

le tout accompagné d’une pluie glaciale

comme un blizzard

 

S’envolent à tous vents

des amoncellements de feuilles

jusqu’aux portes… les seuils

tout un temps !

 

Insoucieusement vêtus

quelques hurluberlus

 

Au nombre imposant de plus de cent-cinquante

rien ne semble arrêter cette bande de joyeux fêtards!

Bien au contraire

tout pour leur plaire

cela crée cet effet tant sollicité d’épouvante

à bas les froussards !

 

Ça et là…

s’entendent des dizaines de rires aux éclats

 

Dignes des pires drames d’horreur

d’effroyables scènes à en glacer le sang;

un château hanté;

aux mille visages de la Peur

des citrouilles toutes de bougies illuminées;

puis, jusqu’à l’escalier

jonchent l’allée

de monstrueuses et noires araignées;

quelques squelettes claquant des dents;

sans oublier…

de poussiéreuses tombes

aux allures de sarcophages

là… reposent en paix

d’intrigants personnages

puis, juxtaposées

et adroitement gravées

quelques pierres tombales

au final

tout est parfait!

Un véritable décor de catacombes!

 

Entrecoupés d’un enregistrement aux rires macabres;

les voix endiablées des enfants;

puis, rongés par le poids du temps

à intervalles réguliers

s’ouvrant et se refermant

de cinglants crissements de verrous;

quelques cris de hiboux

quel «chenabre!»

Un vrai vacarme d’enfer!

 

Dignes d’une vieille grand-mère couturière

aux doigts de fée

à volonté

des confections originales

à la demande générale:

épouvantails, fantômes, sorcières…

le tout; lugubre à souhait!

Ho! s’il-vous-plaît!

 

Pour la ville toute entière

un décor d’ambiance à faire jaser!

Ici… du quartier

• à 21 heures

solidaires

mais sobrement

à ce mémorable événement

nombre de jeunes s’y sont rassemblés

ce soir, ce sera la fête

et gare à qui d’autres s’y prêtent…

MALHEUR!

MALHEUR!

MALHEUR!

 

 

Louise Auclair

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top