- PUBLICITÉ -

Photo tirée de Facebook•Les Pneus Alain – Alain Parent, copropriétaire de Pneus Alain, à Saint-Eustache.

Un mécanicien qui a toujours le «feu sacré»

Depuis une quinzaine d’années plus particulièrement, Alain Parent peut dire qu’il en a posé des pneus. Et de toutes les sortes. Et ce n’est certainement pas la COVID-19 qui va freiner le mécanicien qui compte pas moins de 42 années d’expérience.

Car, même si le Québec a été mis sur pause au mois de mars dernier, Alain Parent, copropriétaire des Pneus Alain avec sa conjointe Linda Laberge, n’a pas cessé d’opérer avant de rouvrir au grand public. «Il fallait notamment s’occuper des véhicules d’urgence, comme les ambulances, et des véhicules des camionneurs qui continuaient à aller aux États-Unis», mentionne l’homme de 69 ans qui œuvre dans le métier depuis 1978, année où il débutait dans les usines du manufacturier Firestone.

Ouvert depuis 2004

Puis, en 2004, fort de l’expérience acquise à ce moment, le mécanicien ouvre son commerce au 877, boulevard Arthur-Sauvé, à Saint-Eustache, là où d’ailleurs il opère encore aujourd’hui. Il y œuvre seul pendant trois et demi, puis s’entoure graduellement d’une petite équipe. Depuis cinq ans, il peut aussi compter sur l’apport de sa conjointe Linda Laberge qui voit notamment, elle, à la comptabilité, à l’accueil des clients et à la planification des rendez-vous.

Si Alain Parent offre des services de mécanique générale, c’est la pose de pneus qui constitue, et cela dans une proportion de 60 %, le gros de ses activités. Tous les types de véhicules franchissent les portes de son garage, qu’ils soient agricoles, commerciaux, de loisirs ou de promenade.

Et dans le «garage du bon Dieu», à l’extérieur, des poids lourds, des chariots élévateurs et des chargeurs sur roues ont tout aussi droit aux bons services de son équipe.

Une équipe bien rodée

Le mécanicien ne s’en cache pas, la COVID-19 a son lot de contraintes. En plus des consignes sanitaires, il ne peut accueillir que trois personnes à la fois dans sa salle d’attente et il a même été obligé d’installer un cordon devant les portes de ses ateliers pour éviter que ses clients n’y entrent.

La saison des changements de pneus, qui approche d’ailleurs à grands pas, nécessitera par ailleurs plus d’organisation car il faudra planifier les rendez-vous avec efficacité. Et sans compter que certains clients âgés ont gardé leurs pneus d’hiver l’été dernier…

Mais, Alain Parent peut compter sur une équipe bien rodée et c’est donc avec enthousiasme que tous accueilleront au cours des prochaines semaines leur fidèle clientèle.

Pour un, Alain Parent mentionne avoir toujours le «feu sacré», même s’il souhaite éventuellement, avoue-t-il, passer à autre chose. Et ce sera alors sa conjointe, plus jeune que lui à 57 ans, qui prendra alors dans un premier temps la relève, dit-il.

 

Par Benoît Bilodeau

|

Pneus Alain

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top