- PUBLICITÉ -

(Photo Facebook) L’armée canadienne a sécurisé les bâtiments municipaux d’Oka.

(Photo Facebook) Plusieurs dizaines de personnes ont participé à la corvée de rétablissement suite aux inondations.

Un élan de solidarité à Oka: des dizaines de personnes à la corvée de rétablissement

(N.P.) Les corvées de rétablissement suite aux inondations débutaient le 29 mai dernier à Oka, alors que le Service des travaux publics de la Municipalité, en collaboration avec des entreprises privées, débutait le ramassage des sacs de sable dans le secteur villageois et à la Pointe-Aux-Anglais.

Le maire d’Oka, Pascal Quevillon, disait le même jour avoir communiqué personnellement avec les premiers magistrats des villes de Repentigny et de Saint-Eustache. Ces deux villes ont prêté main-forte le samedi suivant. À celles-ci s’ajoutait du personnel des villes de Boisbriand, Terrebonne, Châteauguay, Mirabel et Lachute.

«Nous avons donc eu de l’aide des autres villes, des cols bleus, du ministère provincial des Transports, en semaine, et des pompiers», mentionne M. Quevillon, précisant du même souffle que ces gens avaient la tâche d’amasser plusieurs milliers de sacs de sable répartis sur les deux secteurs de la municipalité.

«Des Guatémaltèques sont également venus donner un bon coup de main! Beaucoup de bénévoles étaient sur place. Des citoyens de tous âges, des familles et des maisonnées sinistrées se sont également déplacés. Tout le monde a mis la main à la pâte», ajoute-t-il, disant qu’en tout, selon son estimation, c’est plusieurs dizaines de personnes qui ont effectué ces grands travaux de rétablissement.

«Les gens ont travaillé sur deux fins de semaine. Plusieurs citoyens ont donné un coup de main lorsque venait le moment d’apporter des poches de sable sur le bord des routes. On observait des chaînes humaines par endroit, puisque certains des terrains ne sont pas accessibles avec les véhicules transportant les sacs.»

Et l’armée?

L’armée canadienne arrivait à Oka, les 30 et 31 mai, afin de retirer les digues autour des bâtiments municipaux, soit la mairie et la bibliothèque, entre autres. Le premier magistrat a d’ailleurs publié des photos, sur son compte Facebook public, montrant une brochette d’hommes en uniforme vert.

«Nos bâtiments ont été sécurisés par les Forces armées. Ils sont venus pour la désinstallation des infrastructures, c’est-à-dire de contreplaqués installés autour des édifices», illustre Pascal Quevillon.

Notons cependant que ces soldats n’ont pas pu aider les travailleurs, entrepreneurs et bénévoles sur les terrains privés, et ne s’en tenaient qu’aux infrastructures municipales: «Il s’agissait de la priorité pour eux, cette année, le fait de sécuriser nos bâtiments. On se rappelle qu’en 2017, ils ont été aussi d’un grand support, alors qu’ils étaient sur les terrains privés à ramasser des sacs de sable et à les vider», de conclure le maire, appréciant bien entendu cette aide précieuse et la présence des autorités nationales en marge des événements de ce printemps.

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

Section concours

Concours Voyage  forfait tout inclus avec Air Transat
- PUBLICITÉ -
Top