- PUBLICITÉ -
Quand la vie a le dernier mot

Quand La Vie A Le Dernier Mot

Quand la vie a le dernier mot

Marie-Ève Grégoire

Rien ne laisse voir que la directrice générale du Carrefour Péri-naissance vit avec l’épée de Damoclès au-dessus de sa tête. À 36 ans, Marie-Ève Grégoire a un nom connu dans le milieu du textile et se déploie pour les mamans des Basses-Laurentides comme elle, un rôle qu’elle s’est accordé malgré l’avis des médecins.

Purpura thrombopénique immunologique. Ce long terme médical, Marie-Ève Grégoire en a appris la signification à 18 ans, alors que les bleus qui se multipliaient fréquemment sur son corps laissaient craindre une leucémie à son père, infirmier.

La particularité de la PTI, c’est la descente vertigineuse des plaquettes sanguines dont le calcul normal se situe autour de 140. Lors de sa première crise, Marie-Ève avait un calcul de 3. En dessous de 20, tout saignement banal peut se transformer en hémorragie mortelle. Et il n’existe aucun traitement pour cette maladie rare.

Entre optimisme et lucidité

Lorsque les médecins lui ont annoncé le diagnostic, ils se sont montrés formels avec elle: «vous n’aurez pas d’enfants» . «Et j’en ai eu quatre» , affirme fièrement la directrice du Carrefour Péri-naissancel, dont l’énergie optimiste est teintée de lucidité. «J’ai eu 18 ans de bonus, mais j’ai fait le deuil de ma vie. Je n’ai pas eu de rémission, je suis toujours malade. Je sais que la mort est juste à côté de moi» , confie-t-elle avec détachement.

Après plusieurs années comme gestionnaire dans le secteur du textile et auprès de designers, elle plonge dans le milieu communautaire. «Je suis tombée en amour avec le milieu communautaire où l’on est plus près des gens, où l’on travaille avec d’autres lunettes. On a une vision et une approche différentes des problèmes. On propose des solutions créatives et complémentaires» , précise-t-elle.

Depuis son entrée en poste à la direction du Carrefour Péri-naissance, elle se démène pour établir des partenariats avec d’autres organismes communautaires. «Au lieu de travailler en silo, on travaille main dans la main.»

L’organisme Carrefour Péri-naissance doit à Marie-Ève Grégoire sa récente reconnaissance comme ressource essentielle aux familles de la région par le ministère de la Famille, ce qui lui permettra d’obtenir plus de soutien financier gouvernemental et éventuellement d’offrir des services supplémentaires.

Elle en est fière et vise encore plus haut pour le Carrefour Péri-naissance, même si elle ne sait pas où sa vie la mènera.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

Concours IGA Lamoureux
- PUBLICITÉ -
Top