- PUBLICITÉ -
Mélody Lefebvre, femme solidaire avant tout

(Photo Reine Côté) Mélody Lefebvre, une femme d’affaires qui croit au partage.

Mélody Lefebvre, femme solidaire avant tout

(R.C.) Mélody Lefebvre est l’exemple même de la solidarité féminine. Dans la boutique qu’elle a ouverte en novembre dernier, au coin de la rue Saint-Eustache et du boulevard Industriel, on y trouve une foule de marchandises. Ses produits et ceux de ses amies.

C’est tout à fait par hasard que la boutique Flomi a pris forme dans le petit local discret voisin du Café Plus, et qui renferme des trésors artisanaux méritant le détour.

Mélody Lefebvre s’est lancée dans le commerce alors qu’elle cherchait désespérément des vêtements attrayants pour sa troisième grossesse et qui lui faciliteraient l’allaitement, le moment venu. «Je ne me retrouvais pas dans les vêtements que je voyais en boutique, aussi j’ai voulu créer les miens» , affirme la jeune trentenaire.

Ayant déjà des modèles en tête, elle se cherche alors une designer capable de confectionner des vêtements fonctionnels, de qualité, et mettant le corps de la femme en valeur. Mélody Lefebvre a ainsi créé sa ligne de vêtements à partir de patrons existants et dans une variété de motifs attirants, majoritairement floraux.

En plus des vêtements pour futures mamans, la nouvelle femme d’affaires a décidé de compléter sa liste d’articles par une gamme de produits nettoyants naturels sous la marque meLove, créés en collaboration avec une chimiste, à base d’huiles essentielles, de plantes, non testés sur les animaux, non toxiques, et qui sont installés sur les étals de sa boutique et vendus en ligne.

Elle collabore avec d’autres artisans de la région. Essentiellement des femmes, des créatrices qui complètent l’offre de sa boutique avec leurs articles, tels que des bijoux. L’idée de présenter des produits d’autres designers lui plaît.

«C’est important d’encourager les autres artisans de la région, de promouvoir des femmes ayant les mêmes valeurs que moi. Faut se serrer les coudes entre femmes» , assure l’Eustachoise.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top