- PUBLICITÉ -
Le médecin vétérinaire: exercer son rôle selon les normes reconnues

Le médecin vétérinaire: exercer son rôle selon les normes reconnues

L’Ordre des médecins vétérinaires du Québec encadre l’exercice de la profession de quelque 2600 membres agréés. Ceux-ci sont régis par le Code des professions, la Loi sur les médecins vétérinaires et plusieurs règlements, dont un code de déontologie. Toutes ces dispositions visent à assurer la protection du public par une pratique éthique et par le développement des compétences garantissant des soins et des services de qualité.

Le médecin vétérinaire doit exercer sa profession selon les normes de pratique reconnues, en conformité avec les données actuelles de la science, notamment dans l’élaboration de son diagnostic. Il doit tenir à jour ses connaissances et développer ses habiletés tout en tenant compte du domaine où il exerce et de ses limites. Ainsi, lorsque le bien de l’animal l’exige, il doit consulter un autre médecin vétérinaire.

Dans l’exercice de ses activités professionnelles, le médecin vétérinaire est tenu d’agir envers toute personne avec courtoisie, dignité, modération et objectivité. Il doit chercher à établir une relation de confiance avec son client. Il doit faire preuve de disponibilité et respecter les heures de service qu’il annonce au public. Il doit s’abstenir d’exercer sa profession d’une façon impersonnelle ou intempestive et de pratiquer dans des lieux inadéquats ou des conditions susceptibles de compromettre la qualité de ses services ou la dignité de sa profession. Bien entendu, il doit accomplir ses devoirs professionnels avec intégrité et désintéressement en évitant toute fausse représentation concernant son niveau de compétence, par exemple, ou toute situation où il serait en conflit d’intérêts ou perçu comme tel.

Le médecin vétérinaire a l’obligation de promouvoir la protection et l’amélioration de la santé publique, de l’environnement et de sa biodiversité. Il doit favoriser les mesures d’éducation et d’information dans le domaine où il exerce et poser les actes nécessaires en ce sens tout en tenant compte des conséquences prévisibles que peuvent avoir ses opinions ou ses travaux sur la société.

Avant de poser un diagnostic, de prescrire un médicament ou de fournir un service, le médecin vétérinaire doit effectuer lui-même un examen approprié de l’animal et chercher à avoir une connaissance complète des faits. Une fois informé objectivement de la condition de santé de son animal et du coût des soins nécessaires, le client a le droit de refuser un traitement en tout ou en partie, mais il est également du devoir du vétérinaire de refuser de pratiquer toute intervention qui, selon lui, pourrait nuire au bien-être de l’animal ou lui causer des souffrances inutiles. Enfin, lorsque le médecin vétérinaire constate qu’un animal a subi de mauvais traitements, il a l’obligation de le rapporter aux autorités compétentes.

Cet article se veut un bref résumé du Code de déontologie des médecins vétérinaires du Québec. Pour le consulter dans son intégralité, visitez le www.omvq.qc.ca. Vous pouvez également communiquer avec l’Ordre des médecins vétérinaires en composant le 1 800 267-1427.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top