- PUBLICITÉ -
Judith Lefebvre: quand le désir de travailler dans sa région surpasse tout

Judith Lefebvre, denturologiste.

Judith Lefebvre: quand le désir de travailler dans sa région surpasse tout

Si Judith Lefebvre a fondé sa propre clinique de denturologie, c’est d’abord et avant tout parce qu’elle voulait exercer le métier qu’elle aime chez elle, dans la région qui l’a vue grandir. En plus de lui permettre de se réaliser professionnellement, ce défi lui a beaucoup apporté personnellement. «Ça fait cinq ans et on dirait que je ne le réalise toujours pas» , confie-t-elle.

La jeune femme a obtenu en 2013 son diplôme en Techniques de denturologie du Cégep Édouard-Montpetit, à Longueuil. Ne parvenant pas, à ce moment-là, à dénicher un emploi dans son domaine dans les environs de Saint-Eustache, elle a déménagé en Outaouais. Les deux ans passés dans cette région lui ont permis d’acquérir une bonne expérience… mais le désir de travailler dans son patelin, de revenir chez elle, ne l’a jamais quittée.

«Je voulais faire le travail que j’aime chez nous, alors j’ai créé mon travail. Ça a été un gros saut… Tu pars de zéro et tu espères que ça va fonctionner» , soutient la denturologiste.

Elle a trouvé à Sainte-Marthe-sur-le-Lac l’emplacement parfait pour concrétiser son rêve entrepreneurial. C’est ainsi qu’en 2015, la Clinique de denturologie Judith Lefebvre a ouvert ses portes à l’angle du boulevard des Promenades et du boulevard des Pins, dans les locaux voisins à la Clinique dentaire de Dre Martine Buron. Un partenariat s’est naturellement installé entre les deux professionnelles, si bien que, l’an dernier, elles ont d’un commun accord décidé de revoir l’aménagement des bureaux.

«On a ouvert les murs. J’ai encore ma salle, mon laboratoire, mais on partage les locaux, on travaille ensemble. Cette collaboration, ça a été un gros pas pour moi» , affirme Mme Lefebvre qui, à 30 ans, s’implique également au sein du comité de l’Aile relève de la Chambre de commerce et d’industrie MRC de Deux-Montagnes (CCI2M).

Un lien de confiance

Son approche professionnelle, humaine, tout en douceur, lui a permis de créer un solide lien de confiance avec ses clients, ce qui, d’ailleurs, la comble de fierté. «J’aime tout de mon métier. J’ai la chance de voir les patients, de pouvoir les guider dans ce qu’ils veulent, ce qu’ils attendent… Il y a ce côté humain, et aussi un côté artistique, car, pour fabriquer la prothèse, il faut la créer à la main. Je vois cela comme un bijou» , dit-elle.

À titre de denturologiste, Judith Lefebvre accueille les gens, s’assure de bien cerner leurs besoins, les conseille, confectionne les prothèses dentaires, effectue les ajustements et assure un suivi. «C’est du cas par cas. Il n’y a pas une bouche qui est pareille.»

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top