- PUBLICITÉ -

Résultats de recherche pour: théâtre musical

Théâtre musical: L’aventure covidienne de Paradoxus

Quand tout cela sera fini et que la vie reprendra son cours normal, on lui aura mis tous les péchés du monde sur le dos. On lui imputera les drames qui se vivent à différentes échelles, sinon les vives contrariétés de tout un chacun, comme celle qui fut encaissée par les finissants de Lionel-Groulx en théâtre musical, lesquels allaient se mettre résolument au travail quand un certain virus est venu faire embâcle.

François Perdu, vedette jetable

Les mots de Marc Drouin et la musique de Robert Léger empliront l’espace du Studio Charles-Valois, du collège Lionel-Groulx, du 14 au 17 décembre, alors que l’industrie du spectacle et le vedettariat instantané sont au cœur de l’intrigue de Pied de poule, comédie musicale qui sera présentée entre les murs de l’institution thérésienne.

Guido, les femmes et la dépression

On s’est mis à plusieurs sur le cas de Guido Contini, le protagoniste de Neuf, une œuvre qui plonge dans l’univers cinématographique de Federico Fellini et qui remonte jusqu’à la scène, dans un spectacle de théâtre musical que vous livreront sous peu les finissants de l’École de Théâtre professionnel du Collège Lionel-Groulx.

Guido, les femmes et la dépression

On s’est mis à plusieurs sur le cas de Guido Contini, le protagoniste de Neuf, une œuvre qui plonge dans l’univers cinématographique de Federico Fellini et qui remonte jusqu’à la scène, dans un spectacle de théâtre musical que vous livreront sous peu les finissants de l’École de Théâtre professionnel du Collège Lionel-Groulx.

- PUBLICITÉ -

Parfois, on commet l’erreur de le trouver

L’amour. Voilà bien un sujet aussi vaste qu’inépuisable. Un océan, une montagne, une planète, un soleil qui brûle les ailes, un univers en expansion, un trou sans fond. «On se trompe en le trouvant parce que c’est fait pour être cherché», soumet Réjean Ducharme, dans son roman Gros mots, un énoncé qui trouve écho dans J’veux de l’amour, spectacle à la fois sombre et beau que nous livraient les finissant(e)s en théâtre musical de Lionel-Groulx, cette semaine.

Belles-Sœurs : ça nous appartient

D’accord, nous n’avons pas de tour Eiffel, de Taj Mahal ou de Parthénon, mais au diable, puisque nous avons Michel Tremblay et ce formidable corpus dramatique qui résonne partout à travers le monde et fait entendre la musicalité de notre langue, comme les particularités de notre culture et l’universalité de nos drames. Et permettons-nous de le dire: ça nous appartient.

Maude Guérin: nouveau rôle, nouveau défi

La chose est bien visible sur l’affiche, la première pièce de Michel Tremblay a 50 ans bien sonnés et la troupe des Belle-Sœurs, version théâtre musical, se prépare à une nouvelle tournée québécoise qui passera tout d’abord par le Théâtre Lionel-Groulx, pour huit représentations, du 4 au 14 juillet.

Boris Vian… sur toute la ligne

Ce sera bien sûr burlesque et bouffon. Grossier, même. Ça versera copieusement dans l’excès, dans l’ironie et l’absurde. Ça posera aussi, sur la guerre, la famille et l’Amérique des années 1940, un regard à la fois critique, lucide et sensible. Pour dire les choses autrement: ce sera L’Équarrissage pour tous, de l’auteur français Boris Vian. […]

La belle histoire!

Un condensé d’humanité, une fascinante saga (au sens le moins étymologique du terme) et des personnages riches et consistants, voilà ce qui attendait le public pour la première production de cette cuvée 2017-2018 des finissantes et finissants en Théâtre musical, du collège Lionel-Groulx, lesquels revisitaient Les quatre filles du docteur March, un spectacle que nous avons reçu, nous aussi, comme un cadeau avant Noël.

- PUBLICITÉ -