- PUBLICITÉ -

Résultats de recherche pour: Mikaël Kingsbury

Les bosseurs canadiens amorcent l’année 2018 au Parc olympique Canada

C’est devant la foule partisane de Calgary que les bosseurs canadiens donneront le coup d’envoi à l’année 2018. Deux semaines après la Coupe du monde de Thaiwoo, où Mikaël Kingsbury a été doublement couronné et où sa coéquipière Andi Naude a récolté deux médailles de bronze, l’équipe canadienne de bosses tentera de poursuivre sur cette lancée. Depuis le début de la saison, le Canada a été représenté sur le podium à chaque rendez-vous, chez les dames et chez les hommes.

Mikaël Kingsbury impeccable en Chine avec deux autres victoires

S’il a recevra sans aucun doute des cadeaux de la part de ses proches à l’occasion de Noël, Mikaël Kingsbury a décidé de s’en offrir non pas un, mais bien deux, et cela, à quelques jours des festivités du temps des Fêtes. Le Deux-Montagnais de 25 ans a, en effet, terminé deux fois sur la plus haute marche du podium lors des compétitions qu’il a disputées, les 21 et 22 décembre derniers, à Thaiwoo, en Chine, demeurant donc invaincu en trois départs cette saison, en Coupe du monde FIS de ski de bosses.

Mikaël Kingsbury triomphe à nouveau à Ruka pour amorcer la saison

Le «King des bosses» a bien entrepris sa neuvième saison en carrière et la défense de son titre de champion de la Coupe du monde, ou plutôt ses six titres consécutifs, lui qui a remporté, samedi dernier, à Ruka, en Finlande, la toute première course de la saison. Pour le Deux-Montagnais, il s’agissait d’une 43e victoire en carrière, d’une huitième consécutive en Coupe du monde et d’une sixième en huit présences à Ruka même.

Impact de Montréal: Mikaël Kingsbury sonne la cloche quatre fois

Le Deux-Montagnais Mikaël Kingsbury, six fois gagnant de suite du Globe de cristal en Coupe du monde de la Fédération internationale de ski (FIS) et médaillé d’argent olympique à Sotchi aux Jeux olympiques d’hiver de 2014, s’est payé, comme on dit ici, la traite, samedi dernier, en après-midi, en sonnant la cloche non pas une, mais bien quatre fois lors de la victoire de l’Impact de Montréal.

- PUBLICITÉ -
- PUBLICITÉ -