- PUBLICITÉ -

Résultats de recherche pour: manifestation

CISSS des Laurentides: Près de 400 membres syndiqués manifestent

Des membres de la CSN et de l’APTS, inquiets du déroulement de leur négociation locale et soucieux de leurs conditions de travail, conditions qui revêtent un caractère capital pour la population et les services de santé et de services sociaux des Laurentides, se sont présentés le 26 septembre à la dernière séance du conseil d’administration du CISSS des Laurentides.

Une entente de principe est conclue avec le CISSS

Au terme de plusieurs mois de négociations et de manifestations dans les rues de Sainte-Thérèse et de Saint-Eustache, le Syndicat des professionnelles en soins des Laurentides (SPSL), affilié à la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ), a annoncé avoir conclu une entente de principe avec le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) des Laurentides.

Des syndiqués font entendre leur ras-le-bol face aux négociations

Après avoir fait entendre leur mécontentement devant les bureaux de la direction générale du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) des Laurentides, à Sainte-Thérèse, au mois d’avril dernier, des membres du Syndicat des professionnelles en soins des Laurentides, affilié à la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ – SPSL) ont à nouveau dénoncé, jeudi dernier, sur l’heure du dîner, les offres qui leur sont proposées à la table de négociation.

Les professionnels manifestent leur mécontentement

C’est à grands cris que plus d’une centaine de membres du Syndicat des professionnelles en soins des Laurentides, affilié à la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ – SPSL), ont manifesté, le lundi 9 avril dernier, devant les bureaux de la direction générale du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) des Laurentides, à Sainte-Thérèse, face à la lenteur des négociations en cours.

Oka: Ellen Gabriel veut faire stopper la poursuite d’un projet immobilier

Le Domaine des Collines d’Oka, un projet immobilier entamé en 2006 au bout de la rue Champlain et qui compte aujourd’hui quelque 150 résidences, fait actuellement l’objet de vives contestations de la part d’Ellen Gabriel, une militante mohawk, et de quelques acolytes, qui souhaitent faire avorter la construction de nouvelles propriétés sur la trentaine de terrains toujours vacants.

- PUBLICITÉ -
- PUBLICITÉ -