- PUBLICITÉ -

Ces représentants d’organismes, dont (à gauche) Ariel Retamal, président du CA de la CSEESL et directeur général de Laurentides International et Catherine Landry-LaRue, directrice générale de la CSEESL, ont reçu un soutien financier fort apprécié.

Un soutien financier de 130 000 $ pour la CSEESL

Au nom de la ministre des Affaires municipales et de l’Habitation, Andrée Laforest, la ministre responsable des Affaires autochtones et ministre responsable de la région des Laurentides, Sylvie D’Amours a annoncé un soutien financier de 1 180 156 $ pour la réalisation de 11 initiatives et la concrétisation de 3 ententes sectorielles soumises dans le cadre du Fonds d’appui au rayonnement des régions (FARR). Pour sa part, la coopérative de solidarité des entreprises d’économie sociale des Laurentides (CSEESL) obtient un financement de 130 000 $.

Ce soutien est accordé dans le cadre de l’entente sectorielle en économie sociale de la région des Laurentides pour 2018 à 2020. L’entente avec le ministère consiste à réaliser des activités en lien avec le développement ou la consolidation de projets en économie sociale et favoriser l’harmonisation des interventions entre les acteurs concernés par ce domaine. L’entente a pour objectif de soutenir le développement de la relève de la main-d’œuvre et des compétences ainsi que l’avancement des connaissances et la recherche en économie sociale.

Le financement obtenu est un montant très important pour la CSEESL. Il lui permettra de continuer d’offrir ses services de soutien aux entreprises d’économie sociale dans les Laurentides. Plus précisément, le financement offert par le FARR servira à sept objectifs:

Optimiser les services 

Visitez lamoisson.com
- Publicité -

Équiper davantage les entreprises d’économie sociale afin de leur permettre de disposer d’outils concrets pour favoriser le développement des compétences spécifiques des gestionnaires ce qui leur permettra d’assurer la pérennité de leurs services. Il s’agit également de leur offrir une meilleure visibilité par nos différentes plateformes web de communication et lors des événements organisés par la CSEESL.

Faire un portrait régional

L’institut de la statistique du Québec a récemment recueilli des données pour la première fois. Celles-ci ne seront pas différenciées pour toutes les régions du Québec et n’offriront aucune distinction pour chaque MRC. C’est pourquoi la CSEESL se charge de faire un portrait de la région des Laurentides qui comportera des données spécifiques pour chaque MRC. Ces données seront classées par secteur d’activité. Ainsi, si une MRC souhaite obtenir des données concernant les entreprises du secteur de l’agriculture, par exemple, ce sera maintenant possible. Toutes les MRC, ainsi que les partenaires de l’entente seront consultés à cet égard et pourront participer au comité de rédaction du sondage, s’ils le souhaitent.

Créer des outils de communication 

Il s’agit de créer et mettre en place des outils de communication visant à faire la promotion de la portée des entreprises collectives sur le développement local et régional. Cerner les outils de communication les plus efficaces et durables pour rejoindre les populations cibles. Ces outils visent, dans un premier temps, les entrepreneurs collectifs, les entreprises d’économie sociale existantes, les intervenants œuvrant auprès d’elles et les décideurs.

Former les intervenants

Il est important de bien informer les professionnels qui œuvrent auprès des groupes de promoteurs qui souhaitent mettre sur pied une entreprise collective. Ainsi, ces formations qui se feront en collaboration avec les MRC leur permettront de s’informer sur des thèmes et des besoins se rapportant aux entreprises qu’ils aident et de partager leurs enjeux et les bonnes pratiques.

Bonifier l’offre de services

Pour la transformation ou le transport de matières résiduelles des entreprises d’économie sociale, il a été établi  en collaboration avec Synergie Économie Laurentides, qu’il y avait certains obstacles à la réutilisation des matières résiduelles identifiées comme étant possiblement recyclée, réemployé ou transformer pour devenir une matière première pour une d’autres entreprises.

Attester la conformité des entreprises collectives 

La CSEESL émettra des certifications aux entreprises de la région qui répondent aux critères de conformité. Être reconnu par les bailleurs de fonds de la finance solidaire et des différentes instances publiques pourra faciliter l’accès aux programmes et services des institutions. Cela favorisera l’analyse des dossiers qui seront présentés aux partenaires gouvernementaux et permettra de documenter davantage le secteur et assurer un suivi de l’évolution des besoins des entreprises d’économie sociale sur le territoire.

Créer une mutuelle

Démarrage d’une entreprise qui va mutualiser les ressources humaines et matérielles des entreprises d’économie sociale et des organismes communautaires sur le territoire des 8 MRC des Laurentides: Les ressources qui visent à être partagées sont des ressources humaines telles que les professionnels comptables, les responsables de communication, de graphisme, de ressources humaines, de l’entretien, etc. Il y a aussi le partage de ressources matérielles et d’équipement. En effet, le partage de ressources entre les entreprises permettra la création d’emplois consolidés par les heures partagées par les membres. Tous ces professionnels doivent être embauchés à l’externe pour le moment, car le besoin n’est pas à temps plein. En se partageant les ressources, la qualité des ressources devient donc accessible pour tous.

Comme l’a si bien dit Bruno Laroche, président du Conseil des préfets et des élus de la région des Laurentides, préfet de la MRC de la Rivière-du-Nord, maire de Saint-Hyppolyte et coprésident du comité régional de sélection de projets du FARR: «La région des Laurentides dispose d’une chance unique : pouvoir compter sur des acteurs mobilisés, intelligents et efficaces ayant comme objectif commun de soutenir le développement au profit de la vitalité socioéconomique des territoires et le mieux-être de tous citoyens et citoyennes d’ici. Ayant à cœur la prospérité comme la solidarité pour tous territoires de la région des Laurentides, nous sommes heureux que le FARR dispose d’un véritable effet de levier pour la mise en œuvre d’ententes et de projets importants, prioritaires et qui font sans contredit rayonner notre région. »

Finalement, ce qu’il faut retenir d’une entente sectorielle, c’est bien la force du nombre. Plusieurs grandes choses pourront devenir possibles, car la CSEESL compte plusieurs membres et tend à s’agrandir. La force d’une collectivité prend tout son sens. Qu’il suffise de penser au 7e objectif; la création d’une mutuelle. Cela rendra un grand coup de main à l’ensemble des membres, car il y a tellement de services de main d’œuvre ou d’achat de matériel qui deviennent si difficiles, voire impossibles, mais qui deviennent très accessibles dans un grand groupe.

La CSEESL est très heureuse d’avoir obtenu cette subvention qui permettra de mettre en œuvre et d’appliquer chacun des 7 objectifs. Il faut rester connecté sur les plateformes de communication de l’organisme, car une série d’articles suivra afin de bien vous informer sur la mise en œuvre de l’entente sectorielle, un objectif à la fois.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top