- PUBLICITÉ -
Un sanctuaire pour les papillons monarques à Saint-Eustache

Photo Nicolas T. Parent

De gauche à droite, avec l’équipe de Folklore Mexicain Xcart, Michel et Luz Corbeil, Lourdez Saenz (représentante du consulat du Mexique), Benoit Charette (ministre provincial de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques), Linda Lapointe (députée fédérale de Rivières-des-Mille-Îles) et Isabelle Mattioli (conseillère municipale de Saint-Eustache).

Photo Nicolas T. Parent

Des papillons, à l’intérieur de la volière.

Photo Nicolas T. Parent

Les convives pouvaient visiter le sanctuaire, accompagnés d’un guide.

Un sanctuaire pour les papillons monarques à Saint-Eustache

Aux Jardins Michel Corbeil

C’est le 14 septembre dernier que l’on a inauguré officiellement la volière de papillons monarques aux Jardins Michel Corbeil (JMC), situés à Saint-Eustache. Celle-ci, réalisée par l’architecte Tomas Nieto, est un vingt-deuxième jardin thématique présenté aux visiteurs du site paisible et enchanteur.

Pour une 14e saison, JMC invitait ses convives à entrer dans le merveilleux monde du majestueux papillon monarque. L’ouverture a eu lieu en présence d’une poignée de dignitaires, dont le ministre provincial de l’Environnement et de la lutte contre les changements climatiques, Benoit Charette, la députée fédérale de Rivière-des-Mille-Îles, Linda Lapointe, la conseillère municipale à la Ville de Saint-Eustache, Isabelle Mattioli, ainsi que la représentante du consulat du Mexique, Lourdez Saenz.

«Il était tout naturel de devenir le chef de file de cette initiative qu’est la protection du monarque et de créer ce sanctuaire exclusivement dédié à ce papillon emblématique, étant producteur de l’asclépiade, nourriture exclusive de la chenille du Monarque et pouvant lui offrir une très grande diversité de plantes vivaces mellifères présentes dans nos jardins de démonstration» , a affirmé la propriétaire des Jardins Michel Corbeil, Luz Cifuentes.

Un grand voyage

Véritable phénomène, le monarque peut parcourir, lors de sa migration, de 2 000 à 5 000 km. Il accomplit ce périple en deux mois et arrive au 2e rang pour la distance totale parcourue chez tous les insectes migrateurs.

Il quitte ainsi le Canada, à la fin de l’automne, pour traverser les États-Unis et se rendre dans les montagnes boisées du Mexique pour hiverner jusqu’au printemps; moment où il reprend sa route vers le nord.

Soulignons que le monarque adulte compte deux paires d’ailes d’un rouge orangé vif veinées et bordées de noir, dont la bordure est parsemée de taches blanches.

Pour le reconnaître, le mâle arbore des taches noires le long des veinures de ses ailes. Il est légèrement plus grand que la femelle. Un papillon adulte a une espérance de vie de quatre à six semaines.

Comme l’expliquait une guide, lors de la visite de la volière, le cycle de vie d’un monarque se décline en quatre phases: l’œuf, la chenille, la chrysalide et l’adulte. Une fois l’œuf pondu, la croissance dure environ quatre jours. La chenille naît et se nourrit de feuille pendant deux semaines, pour se transformer en chrysalide, dont émergera après une dizaine de jours, le papillon adulte. Si celui-ci fait partie de la génération de la fin de l’été, il entreprendra sa migration vers le Mexique et vivra entre 6 et 7 mois.

Or, trois grandes menaces pèsent actuellement sur le monarque, soit la coupe illégale, la disparition de l’asclépiade, ainsi que le réchauffement climatique. Aux dires du rapport 2013-2014 du Fonds mondial pour la nature (WWF), on révèle que le nombre de papillons venus passer l’hiver au Mexique était le plus faible en 20 ans, à ce moment.

À titre d’exemple, la superficie occupée par ces papillons au Mexique, en 2003, était de 26,5 acres. En 2013, dix ans plus tard, elle se chiffrait à 1,65 acre.

Un sanctuaire

Fondés en 2006 par Michel Corbeil, les jardins offrent le plus grand choix de vivaces au Québec. Petits plans d’eau, grande terrasse, jardins urbains, sous-bois… il s’agit d’un endroit naturel à visiter, à deux pas de chez vous.

De son côté, la saison 2019 marque la mise en chantier d’un tout nouveau projet, soit le Sanctuaire des pollinisateurs, un lieu entièrement dédié à la protection des insectes qui permettent la pollinisation des plantes.

Notez cependant que les Jardins Michel Corbeil sont ouverts au public jusqu’au 29 septembre.

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

Section concours

Concours Voyage  forfait tout inclus avec Air Transat
- PUBLICITÉ -
Top