- PUBLICITÉ -
Un nouveau toit pour Les Résidences funéraires Goyer

L’équipe des Résidences Goyer a procédé à la première pelletée de terre lançant la construction de son futur complexe: René Goyer

Un nouveau toit pour Les Résidences funéraires Goyer

Relocalisation du complexe funéraire de Sainte‑Thérèse

La famille Goyer a procédé, lundi dernier, à la première pelletée de terre de la construction de son nouveau complexe funéraire.

En relocalisant leur petit salon funéraire de Sainte-Thérèse dans un nouveau complexe de 36 000 pieds carrés, à partir de la mi‑décembre prochaine, les Résidences funéraires Goyer se donnent comme mission de tout offrir à leurs clients sous un même toit et projettent de devenir le plus gros centre funéraire de la région.

C’est un immense changement que proposeront René Goyer et sa famille à leur clientèle qu’ils accueillent depuis 1971 sur la rue Turgeon. Le nouveau complexe, qui sera construit au coût de 9 millions de dollars, sera situé à l’angle des boulevards Desjardins et Curé‑Labelle.

L’endroit sera d’allure nettement plus moderne et contemporaine. On y retrouvera quatre salons de visite, un columbarium, un crématorium, ainsi qu’un espace foyer adjacent sur des jardins. Les gens pourront effectuer leurs rituels funéraires religieux dans la petite chapelle aménagée et aussi se rassembler dans les salles de réception prévues pour y accueillir les invités et les proches des défunts. La famille Goyer a aussi pensé aux jeunes familles en aménageant une salle de jeux pour les enfants et un espace pour l’allaitement.

C’est que les besoins changent et les cérémonies demandées sortent du cadre traditionnel, constatent René Goyer et son fils Jonathan, qui suit les traces de son père. «Avant, on célébrait la mort. Aujourd’hui, on célèbre la vie qui vient de partir. C’est plus dans les mœurs d’en parler et de rendre hommage à ceux qui partent», explique René Goyer, le président des Résidences funéraires Goyer.

Ce changement dans la perception de la mort entraîne désormais une façon différente de la souligner. On y intègre notamment des hommages sous forme multimédia. Les communautés ethniques possèdent leurs propres coutumes entourant les défunts. Ces nouveaux besoins, il fallait y répondre, fait observer René Goyer.

Son fils Jonathan estime que les familles trouveront avantageux que tout le déroulement des funérailles se fasse au même endroit. Plus besoin de réserver l’église, une salle où recevoir les invités après l’homélie religieuse ou pour souper en famille à la fin des journées d’exposition du corps, tout pourra se faire au complexe funéraire.

Jonathan Goyer affirme qu’après tout, il est de leur devoir d’enlever le maximum de responsabilités aux personnes endeuillées. «Notre rôle est de les accompagner pour les soulager de leur fardeau», indique celui‑ci.

Dans la construction de ce nouveau complexe funéraire, la famille Goyer affirme avoir été soucieuse de prendre le virage vert: toiture blanche, équipements d’éclairage à faible consommation, équipements économes de consommation d’eau. Même le vaste stationnement a été conçu de façon à réduire les îlots de chaleur, avec la plantation d’une cinquantaine d’arbres.

Quelques emplois supplémentaires viendront également compléter l’équipe actuelle des Résidences funéraires Goyer de Sainte‑Thérèse.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top