- PUBLICITÉ -

Obligés de fermer leur salle à manger pour au moins 28 jours, les restaurants de la région doivent maintenant s‘en tenir aux commandes à emporter et aux livraisons pour assurer leur survie.

Un appel à encourager les restaurateurs de la région

Plus que jamais, la Chambre de commerce et d’industrie MRC de Deux-Montagnes (CCI2M) et la Chambre de commerce et d’industrie Thérèse-De Blainville (CCITB) cherchent à encourager les restaurateurs qui ont été obligés de fermer leur salle à manger, le 1er octobre dernier, pour une période d’au moins 28 jours, pour plutôt s’en tenir aux commandes pour emporter ou à la livraison pendant cette période. Une question de survie pour eux!

Ainsi, la CCI2M a dressé une liste non exhaustive, à partir de suggestions reçues de ses membres, de restaurants ouverts pour la livraison ou pour emporter sur le territoire de la MRC de Deux-Montagnes. Elle est disponible via le lien [http://bit.ly/restaurantsouvertscci2m]. Et il toujours possible aux membres de suggérer d’autres noms ou encore aux restaurateurs eux-mêmes de s’y inscrire.

Du côté de la CCITB, des initiatives ont aussi été mises en place. «Depuis le 1er octobre, [nous avons] lancé l’initiative #nos restoslocaux pour encourager les citoyens à consommer dans les restaurants locaux et avons publié sur nos réseaux sociaux des listes de restaurants ouverts pour les commandes à emporter», illustre la directrice générale, Cynthia Kabis, craintive malgré tout pour la survie des restaurateurs et tenanciers de bars «malmenés par cette crise, malgré [le fait] d’avoir investi pour respecter les consignes sanitaires».

Des mesures d’aide satisfaisantes

Ceci dit, Mme Kabis dit accueillir «avec satisfaction» les mesures d’aide aux entreprises touchées qui ont été annoncées début octobre (PACTE, PAUPME et AERAM). «Ces aides sont grandement nécessaires pour les entreprises les plus touchées. Pour assurer l’efficacité de ce programme, les sommes devront être accessibles rapidement pour les entreprises, qui sont déjà fragilisées par la crise de la COVID-19», mentionne-t-elle à ce sujet.

Même son de cloche du côté de la CCI2M. «Concernant les nouvelles aides gouvernementales, nous sommes satisfaits de la portée de ces dernières, [nous avons justement rencontré notre député et ministre, soit Benoit Charette, vendredi dernier [le 9 octobre] à cet effet. Nous voulions nous assurer que les aides annoncées soient accordées sur notre territoire et que les délais de traitement seront les plus courts possibles», mentionne le directeur général de la CCI2M, François Chalifour, ajoutant avoir aussi rencontré l’ensemble des paliers gouvernementaux, ainsi que la Ville de Saint-Eustache.

Que ce soit du côté la CCITB ou encore celui de la CCI2M, on promet de part et d’autre de continuer à être présents pour les membres. Des formations, ateliers webinaires et activités en ligne sont ainsi offertes régulièrement par chacune de chambres de commerces à leur intention et on peut en prendre connaissance sur les pages [www.facebook.com/CCI2M] et [www.facebook.com/CCITB].

Encourager pour faire la différence

Mais, surtout, on demande à tous d’être solidaires, de se serrer les coudes afin d’apporter aux restaurateurs un certain réconfort, et même de partager des photos des plats achetés sur les réseaux sociaux avec le mot-clic #nosrestoslocaux et en identifiant le restaurant en question!

Comme le mentionne, en conclusion, la CCI2M dans une de ses récentes publications sur Facebook: «Si chaque citoyen encourage un restaurateur de la région, nous sommes convaincus que nous pourrons faire la différence!». Voilà, le message est on ne peut plus clair.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top