- PUBLICITÉ -
Richard Tassé: Une carrière de 46 ans bien remplie et une retraite active

Richard Tassé devant le siège social de la Caisse Desjardins Saint‑Eustache–Deux‑Montagnes.

Richard Tassé: Une carrière de 46 ans bien remplie et une retraite active

Après 46 ans de carrière avec le Mouvement Desjardins, dont 27 ans à titre de directeur général de la Caisse Desjardins de Saint-Eustache–Deux-Montagnes, Richard Tassé peut maintenant entreprendre une retraite pleinement méritée, laquelle sera assurément très active.

Chose certaine, l’institution financière qu’il représentait fièrement a grandement aidé sous sa gouverne plusieurs particuliers, organismes et gens d’affaires d’ici.

Richard Tassé a amorcé sa carrière chez Desjardins à la Caisse Saint-Justin de Montréal, de 1967 à 1970, et un autre cinq ans à la Caisse de Saint-Hubert, comme directeur adjoint.

En 1975, il a été mandaté pour ouvrir la Caisse du Complexe Desjardins comme directeur général adjoint. «Ce fut, raconte‑t‑il, mon université dans le Mouvement Desjardins. Je suis resté là jusqu’en 1980, dont les deux dernières années comme directeur général intérimaire. Pendant ces cinq années, j’étais dans la tour Desjardins en compagnie de tous les hauts dirigeants et je suis demeuré très lié avec eux pour la suite de ma carrière.»

C’est en 1982 qu’il a visité pour la première fois la succursale eustachoise qui se trouvait à l’époque sur la rue Saint-Eustache. «J’ai même fait le tour de la bâtisse à l’extérieur et j’ai dit aux gens qui m’accompagnaient: “Un jour, je vais être directeur général de cette Caisse!”»

L’année suivante, il a reçu le mandat de revoir chacun des services afin de relancer la Caisse eustachoise. «Pendant deux ans, dit-il, je me suis entendu avec le directeur de l’époque, Yvon Paquette, sur la façon de faire la transition. Il faut préciser que je venais de Montréal et qu’il fallait que je fasse attention parce que disons que les Eustachois étaient attachés serré. J’ai donc dû prendre ma place.»

La prémonition de Richard Tassé lors de son premier passage dans le Vieux-Saint-Eustache a ainsi été exaucée en 1986, puisque la direction générale de la Caisse lui a été confiée. Il a donc œuvré pendant 30 ans à Saint-Eustache, dont 27 ans à titre de directeur général.

Lorsqu’il a pris en charge la direction, la Caisse avait 75 millions de dollars d’actifs et lorsqu’il a quitté le 1er septembre dernier, elle était rendue à 1 milliard. L’un de ses hauts faits d’armes, c’est la réussite de la fusion avec la Caisse du Grand-Moulin pour devenir la Caisse de Saint-Eustache–Deux-Montagnes. «Ce fut l’une des belles fusions au sein du Mouvement Desjardins parce que c’était une fusion désirée et non imposée», dit‑il.

Richard Tassé a fait l’objet d’un article dans la revue Affaires Plus en 2008 alors que la Caisse Desjardins de Saint-Eustache–Deux-Montagnes a gagné un prix Défi meilleurs employeurs décerné par l’Ordre des conseillers en ressources humaines agréés. Le reportage était titré Une perle chez Desjardins parce que Richard Tassé traitait ses employés aux petits oignons.

«Ma spécialité, explique‑t‑il, ce n’était pas nécessairement les finances, mais les ressources humaines. J’ai su bien m’entourer. C’était mon coffre d’outils, car ces gens étaient de première ligne et les fers de lance de toute l’organisation. D’ailleurs, cinq membres de mon état-major sont devenus, au cours des années, des directeurs généraux ailleurs dans le réseau Desjardins.»

Pendant 20 ans, Richard Tassé a été dirigeant de plusieurs filiales de Desjardins en même temps qu’il assumait son rôle de DG de la Caisse Saint-Eustache–Deux-Montagnes. Il a, entre autres, été président de l’Association des directeurs généraux du Québec. «Ça m’a permis de connaître l’ensemble du réseau des Caisses au Québec et de côtoyer, entre autres, le très respectable Claude Béland qui a déclaré que j’avais fait une présidence remarquée et remarquable.»

M. Tassé est très heureux de ce qu’il a accompli, mais il se tiendra occupé pendant la retraite. «Je vais être sur des conseils d’administration pour apporter mon expertise comme, par exemple, une fondation de prévention du suicide créée par Claude Poirier, de Magnus Poirier, et je devrais commencer bientôt à siéger au sein de la Corporation du moulin Légaré. De plus, j’ai été approché par une organisation qui gère 600 condos et mon rôle sera d’animer les conseils d’administration.»

Le mot de la fin revient à Roland Tourangeau, président du conseil d’administration de la Caisse Saint-Eustache–Deux-Montagnes. «Richard a été un excellent ambassadeur pour Desjardins et Saint-Eustache. Après tant d’années, il doit avoir du sang vert dans les veines. Il a toujours reconnu l’importante contribution de ses employés et d’ailleurs sous sa direction, notre Caisse s’est vu décerner de nombreux hommages.»

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top