- PUBLICITÉ -
Pour un repas du temps des sucres tout à fait différent

Patricia Daoust et Maryse Lavigne montrent ici un aperçu du menu proposé au bistro La dent sucrée. Ici

Pour un repas du temps des sucres tout à fait différent

Bistro La dent sucrée

Connus depuis presque 20 ans maintenant comme étant les propriétaires d’un verger de 2 000 pommiers appelé La magie de la pomme et situé rang Fresnière, à Saint-Eustache, Patricia Daoust et Michel Dubeault le sont cependant peu ou pas du tout comme acériculteurs. Pourtant, érablière il y a sur leurs terres, et cela, depuis des décennies.

Si l’érablière était jusqu’à ce jour la propriété conjointe de Michel Dubeault et de son père, celle-ci est depuis quelques mois entre les mains d’un nouveau partenaire en la personne de Cédric, 22 ans, qui s’associe donc à ses parents au sein de l’entreprise familiale. Incidemment, ce dernier représente la septième génération de Dubeault à œuvrer sur ces terres.

C’est donc depuis le mois de mars dernier que le bâtiment accueillant habituellement les amateurs de pommes durant l’automne s’est trouvé une toute nouvelle vocation avec l’ouverture d’un bistro nommé La dent sucrée. L’idée d’organiser des soupers à cet endroit est celle des deux filles de Patricia Daoust, Vicky et Meyranie.

Sur place, les gourmands de ce monde se voient proposer un menu du temps des sucres peu habituel, pas du tout, disons-le, comme ceux normalement offerts dans la plupart des cabanes à sucre. Tout d’abord, à La dent sucrée, pas d’omelettes sur la table ou encore de soupe aux pois. En lieu et place, un menu cinq services comprenant, au départ, crème de citrouille à saveur d’automne, brie garni de pommes caramélisées nappées de sirop d’érable, saucisses de veau faites maison, confit d’oignons au sirop d’érable et dégustation de cidre pétillant de La magie de pomme.

Le repas se poursuit avec les plats principaux que sont le jambon à l’érable effiloché servi en entier, les grillades de lard, les patates pilées, la salade de maïs, la salade de betteraves et pommes, les carottes glacées à l’érable et les fèves au lard. Un verre de cidre accompagne évidemment le tout.

La soirée gustative ne se termine pas là, bien au contraire, puisqu’un café québécois est ensuite servi avec de petites bouchées mousse à l’érable et des carrés au sirop d’érable. Et pour ceux dont la dent sucrée n’est pas tout à fait rassasiée, une verrine aux pommes et à l’érable, un bonbon à l’érable et un gâteau-surprise avec son coulis à l’érable les attendent au détour. Et si ce n’est pas encore suffisant, de la tire sur la neige viendra compléter ce repas du temps des sucres.

«Nous voulions proposer un menu qui soit différent, à un coût tout de même abordable, mais aussi un endroit où l’on peut souper entre amis en toute tranquillité, sans être bousculé. C’est pourquoi nous ne servons qu’un seul souper par soir. Les gens arrivent vers 18 h 30 et repartent à 23 h, après avoir eu tout le temps de bien manger et de jaser entre eux. Cela donne des soirées agréables», d’expliquer Patricia Daoust.

Pour mener à bien ce projet de bistro, il a d’abord fallu isoler le bâtiment principal afin d’accueillir adéquatement les convives, jusqu’à 40 par soir. Puis, Patricia Daoust et ses deux filles ont élaboré ce menu du temps des sucres. Même sa belle-sœur a proposé sa recette de salade de betteraves et pommes!

Aussi, sa bru, Maryse Lavigne, qui élève depuis six ans des veaux à Saint-Placide, a été invitée à se lancer dès maintenant dans la fabrication de saucisses de veau, ce qu’elle prévoyait faire seulement cet été avec l’ouverture de sa boucherie. Ainsi, l’entrée comprend des saucisses de veau italiennes et miel-ail fabriquées pour le moment dans les cuisines mêmes du bistro.

Pour Patricia Daoust, il était également important que les mets qui se retrouvent sur la table soient cuisinés avec des produits locaux. Celle-ci peut déjà compter sur ses propres pommes, citrouilles, maïs et sirop d’érable dans la préparation des plats. «Le jambon provient de la Boucannerie Belle-Rivière, la moutarde d’Intermiel, les saucisses de Saint-Placide. Le reste des produits dont nous avons besoin est acheté localement», précise-t-elle.

Pour Patricia Daoust, cette première saison du bistro La dent sucrée constitue déjà une belle réussite, compte tenu des bons commentaires qu’elle a reçus jusqu’à maintenant. Ouvert les jeudis, vendredis et samedis soir, le bistro La dent sucrée acceptera les réservations pour les deux prochaines fins de semaine, donc jusqu’au 27 avril, pour ensuite fermer. Il rouvrira cependant ses portes au mois de mars 2014, assure avec le sourire Patricia Daoust. Le bistro La dent sucrée a sa page Facebook, également accessible à partir du site Web de La magie de pomme, à l’adresse [www.lamagiedelapomme.com].

 

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top