- PUBLICITÉ -
Denis Naud: L'art de redonner le sourire aux gens

Denis Naud pratique la profession de denturologiste à Deux‑Montagnes depuis 32 ans.

Denis Naud: L’art de redonner le sourire aux gens

Le denturologiste Denis Naud en est à sa 32e année d’exercice auprès des citoyens de Deux-Montagnes et des environs. En plus de redonner le sourire à sa clientèle par sa profession, il permet aux jeunes de se réjouir par son implication au sein du Club Optimiste local et dans le Comité du Défilé du père Noël, à Deux‑Montagnes.

Diplômé en denturologie en 1981, Denis Naud a fait trois années d’études au cégep Édouard-Montpetit, à Longueuil, pour être technicien dentaire et une autre année supplémentaire pour suivre la formation de l’Ordre des denturologistes du Québec.

Il a d’abord ouvert son bureau à domicile à Deux-Montagnes en 1981, et depuis 25 ans, il a aménagé au 1605, chemin d’Oka, à Deux‑Montagnes.

«J’ai commencé comme technicien dentaire pour le dentiste de Deux-Montagnes, Jean‑Guy Bergeron. Je fabriquais ses dentiers. J’étais son laboratoire. Il a pris sa retraite et j’ai bâti ma propre clientèle», de raconter Denis Naud, qui se retrouve avec plus de 15 000 dossiers de clients à son actif.

M. Naud nous explique ainsi sa profession: «Un denturologiste, c’est quelqu’un qui remplace les dents naturelles perdues, que ce soit partiellement ou pour une dentition complète. Les personnes peuvent venir nous voir directement sans passer par un dentiste. On reçoit la personne, on prend les empreintes et on fabrique dans notre laboratoire. Cette personne ressort d’ici avec sa prothèse et son sourire au complet.»

Si on recule 50 ans en arrière, on les appelait «mécaniciens dentistes» et ils travaillaient pour les dentistes. Ces derniers étaient les seuls à avoir le droit de prendre les empreintes et vendre les prothèses dentaires. Aujourd’hui, les dentistes sont encore autorisés à le faire, mais c’est plus l’affaire des denturologistes. «Nous sommes, ditM. Naud, propriétaires de nos laboratoires. Il y a des dentistes qui vont nous référer des clients. Tout comme nous pouvons référer des clients qui ont besoin du dentiste. Nous ne sommes pas des compétiteurs.»

Auparavant, les dentistes arrachaient les dents très rapidement. Aujourd’hui, une dent qui branle peut‑être facilement solidifiée avec une greffe d’os. Il y a moins d’extraction de dents, mais les gens vivent plus vieux et ont besoin de prothèses dentaires. Toutefois, sa clientèle n’est pas constituée que de gens âgés. «Les plus jeunes peuvent être aussi concernés avec les maladies de gencives qui sont plus virulentes en raison des bactéries dans la bouche de plus en plus résistantes. Les dents peuvent facilement tomber parce qu’elles sont déchaussées.»

Les implants dentaires, c’est la nouvelle génération de prothèses. Un implant, c’est une racine en titane fixée dans l’os de la mâchoire. «Quelqu’un qui perd ses dents peut retrouver l’efficacité des dents naturelles avec des implants. Nous les fabriquons, mais c’est un chirurgien qui en fait la pose», indique Denis Naud.

Autre nouveauté qui vient tout juste de voir le jour, un appareil antironflement conçu par ordinateur et parfaitement ajusté selon la dentition de la personne. «Les voies respiratoires, dit Denis Naud, sont dégagées à l’arrière de la bouche et le ronflement cesse automatiquement. C’est une conception québécoise de la compagnie Panthera. Les gens vont bientôt voir de la publicité au sujet de ce nouveau produit.»

Denis Naud a bien réussi dans sa profession. Il explique ainsi sa recette: «J’ai toujours un grand respect pour la clientèle. Il faut comprendre que le vrai patron, c’est le client. Il faut personnellement encourager le commerce local et s’impliquer dans la communauté.»

Propriétaire:Denis Naud

Nom de l’entreprise:Denis Naud Denturologiste

Date de création:1981

Nombre d’emplois: 4

Sphère d’activité:Clinique de denturologie avec laboratoire de fabrication

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top