- PUBLICITÉ -
Atelier d’usinage 5 axes: identifier son axe de croissance

(Photo Michel Chartrand) - Les copropriétaires de l’atelier d’usinage 5 axes, Isabelle Bérubé et Marc-André Buswell, ne regrettent pas de s’être lancés en affaires même si ça demande beaucoup de temps et d’énergie.

Atelier d’usinage 5 axes: identifier son axe de croissance

Les annonces touchant le domaine de l’aéronautique pour la Ville de Mirabel font sourire Isabelle Bérubé et Marc-André Buswell, copropriétaires de l’Atelier d’usinage 5 axes.

Ces jeunes entrepreneurs risquent fort de ne pas manquer de contrats avec ces investissements. Mis en branle en novembre 2007, leur projet d’entreprise a véritablement vu le jour en mai dernier avec l’arrivée de leurs machines-outils leur permettant d’offrir un service d’usinage conventionnel dans le but de concevoir, fabriquer, produire et réparer des pièces et des machines de toutes sortes.

Avec un tour, une fraiseuse, une soudeuse et une scie horizontale servant à manier divers matériaux, l’atelier d’usinage répond aux demandes sur mesure de particuliers et d’entreprises.

Installé à Saint-Eustache, l’atelier a déjà déplacé ses locaux dans un espace plus grand du même établissement du quartier industriel, triplant sa superficie de 500 à 1 500 pieds carrés.
«Pendant plusieurs années, j’ai songé à me lancer en affaires», raconte M. Buswell. L’investissement important que demandait l’acquisition des machines-outils le rebutait. Mais, après avoir réalisé un projet résidentiel de sept terrains à Saint-Eustache, il a constaté que lui et sa conjointe étaient capables de gérer les diverses facettes que demande la création d’une entreprise.

Pour s’assurer de réussir leur projet, ils ont fait appel au Centre local de développement (CLD) de la MRC de Deux-Montagnes, qui les a guidés dans l’élaboration de leur plan d’affaires. Une étape cruciale, selon eux. «Le CLD nous a donné les guides pour que nous partions du bon pied», convient-il.

Le couple s’est séparé les tâches. Mme Bérubé s’occupe de la comptabilité et de la gestion. M. Buswell, avec ses formations en outillage, matriçage et usinage sur machines-outils à commande numérique, est responsable de tout ce qui se passe dans l’atelier.

Les investissements annoncés à Mirabel auront des retombées certaines sur leur entreprise. «C’est prometteur», estime-t-il. Tellement prometteur que les copropriétaires ont déjà dépassé leurs objectifs qu’ils s’étaient fixés au départ. «Ça fait six mois que nous faisons des affaires et c’est déjà rentable», indique-t-il. Atelier d’usinage 5 axes emploie même un soudeur à temps partiel et engagera bientôt d’autres personnes.
«À court terme, nous aimerions faire plus de promotion qu’actuellement, sur notre entreprise», conviennent les entrepreneurs.

Gagnants du volet local du Concours québécois en entrepreneuriat dans la catégorie Exploitation, transformation, production, ils considèrent que ce prix les a mis en confiance. «Nous avons été récompensés pour le travail que nous avions fait», admet Marc-André Buswell.
À moyen terme, ils entendent mettre sur le marché trois produits. En 2009, ils devraient commercialiser un chauffe-eau à piscine, innovateur, qui est actuellement en développement.

Les copropriétaires de l’atelier d’usinage 5 axes, Isabelle Bérubé et Marc-André Buswell, affirment d’un souffle qu’ils ne regrettent pas de s’être lancés en affaires même si ça demande beaucoup de temps et d’énergie. J’étais rendu là dans mon cheminement de carrière, confirme M. Buswell.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top