- PUBLICITÉ -
Un troisième livre signé Lucien Couture

Lucien Couture apportera-t-il une suite à sa trilogie? Tout dépendra des lecteurs, affirme celui-ci, en les poussant à manifester leur intérêt sur son site [www.luciencouture.ca].

Un troisième livre signé Lucien Couture

Le sabre de l’Épervier noir: Au-delà des ténèbres

Le destin peut parfois réserver de belles surprises. C’est le cas pour l’auteur eustachois Lucien Couture, qui, après une carrière bien remplie comme planificateur financier, vient de voir paraître sur les tablettes des librairies le dernier tome de sa trilogie Le sabre de l’Épervier noir: Au-delà des ténèbres.

Rien ne destinait pourtant Lucien Couture à une carrière d’auteur, hormis une passion pour la lecture et l’écriture d’un journal intime, à l’époque de sa jeunesse.

Puis un jour, pour plaire à ses petits-fils, Julien et Tommy, grand-papa Lucien a décidé d’inventer une histoire fantastique bien de son cru qu’il a située à une époque se rapprochant du Moyen-Âge.

Et qui dit fantastique, dit événements surnaturels, batailles contre les forces du mal, personnages étranges et amour romanesque. Mais oui, l’amour relève aussi de l’aventure; c’est bien connu!

Si cette trilogie publiée aux éditions Textes et contextes vise d’abord un public de 10 ans et plus, elle peut assurément plaire aux grands, insiste son auteur. Lors du récent Salon du livre de Montréal, des lecteurs adultes lui ont avoué s’être laissé captiver par les jeunes héros des deux premiers tomes: Le spectre du mal et Dans le regard.

Le troisième livre vient évidemment boucler les aventures des quatre amis, Célestine, Tomykh, Victor et Jiulian, que l’on retrouve dix ans plus tard. Ils sont devenus des mages et de puissants guerriers après avoir traversé, dans les deux premiers bouquins, de terribles mésaventures et affronté les forces du mal. Mais leur lutte n’est pas encore terminée.

Prisonniers d’un vieux maître, ils découvrent le secret de la montagne Blanche et parviennent ainsi à la quitter, espérant retrouver leur compère Jiulian, lui-même retenu dans la forteresse de Thémis. Celui-ci doit cependant combattre Belzameth, le maître des Ténèbres, dans un ultime affrontement titanesque. Et c’est là qu’entrent en scène les Amazones et autres personnages que l’on croyait confinés au royaume des songes et des morts.

Les trois livres composant la trilogie fantastique révèlent un auteur doué d’une écriture fluide et d’une imagination très créative, utilisant le symbolisme à bon escient.

L’auteur se défend pourtant de chercher à passer des messages philosophiques comme se le permettent d’autres auteurs du genre fantastique.

«J’ai voulu raconter une histoire, tout simplement. Ce sont des livres d’aventures. Je ne cherche pas à y glisser un message philosophique ou de leçons de vie», d’affirmer, en entrevue, Lucien Couture.

D’ailleurs lorsqu’il écrit, il n’a pas de synopsis à long terme en tête. Il préfère se laisser porter par ses personnages.

C’est la nuit que lui viennent ses meilleures idées, confie l’auteur. L’obscurité, tout comme la neige et la pluie, lui apporte le calme nécessaire pour laisser son imaginaire et sa plume divaguer au fil des pages. «Je suis né en pleine forêt, en Gaspésie. J’ai apprivoisé la nature.»

Le troisième tome de sa trilogie est déjà disponible en librairie, dont chez M’as-tu lu, située rue Saint-Eustache. Lucien Couture sera par ailleurs au Salon des métiers d’art de Saint-Eustache qui se déroule cette fin de semaine à la salle des Chevaliers de Colomb de Saint-Eustache, rue Saint-Nicolas.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top