- PUBLICITÉ -
Gal Gadot prouve qu’elle a été le bon choix pour incarner Wonder Woman.

Les Chanteurs de Lorraine vous proposent le Requiem de Fauré, au cœur d’un programme éclectique qui sera présenté les 8 et 9 juin, au centre culturel Laurent-G.-Belley.

Un requiem et des éclats de joie

Les 8 et 9 juin

Les Chanteurs de Lorraine se mesureront au Requiem du compositeur français Gabriel Fauré (1845-1924), dans le cadre de leur concert de fin d’année qui sera présenté deux fois, les 8 et 9 juin, au centre culturel Laurent-G.-Belley, 4, boulevard Montbéliard, à Lorraine,. un exercice qui sera une fois de plus marqué par l’éclectisme, un mot cher à la directrice musicale de l’ensemble, Sandra Penner.

Le concert a pour titre Lux aeterna (lumière éternelle) et, outre la mention faite à l’œuvre de Fauré, l’affiche signale que nous aurons également droit à de la «musique café-crème» , ce que nous vous expliquerons un peu plus bas.

Musique sacrée

Cette lumière dont il est question, elle apparaîtra partout, y compris dans ce Requiem qui, bien souvent, figure parmi les œuvres majeures de tout compositeur. «C’est une œuvre qui contient beaucoup d’espoir et de réconfort» , souligne Mme Penner à propos de cette prière pour les âmes des défunts, qui ne porte pas autant de tristesse qu’il n’y paraît, mais qui se veut surtout apaisante, selon elle. «Gabriel Fauré possédait le génie de marier la poésie et la musique. Il savait trouver les émotions du texte et c’est toujours un plaisir de le chanter. C’est l’un des compositeurs favoris de la plupart des choristes» , soumet-elle à propos du compositeur classé au rayon du post-romantisme, ce qui le rend d’autant plus accessible, pense la directrice.

Outre le chœur lui-même, le public pourra apprécier le talent des solistes Émilia Cordoba, soprano, et Sean Penner, baryton. Le pianiste Étienne Génier, pour sa part, dirigera un quatuor à cordes, mais on entendra aussi de la guitare et des percussions puisque, comme nous le suggérions plus haut, le Requiem, qui dure tout au plus 40 minutes, ne fera pas cavalier seul et partagera la tribune avec une variété de styles musicaux couvrant toutes les époques, y compris la nôtre.

Qu’il suffise de mentionner que ce concert s’ouvrira sur Oh Happy Day et on a là une indication de la couleur de ce café-crème suggéré sur l’affiche. Prévoyez que la première partie (on entendra aussi un extrait du Requiem de Karl Jenkins) sera réservée aux chants sacrés et qu’après l’entracte, l’atmosphère s’allégera considérablement.

Musique éclatée

Ainsi, Sandra Penner annonce une panoplie de musiques françaises et américaines, telles Satin Doll, de Duke Ellington, Unforgettable, chanson popularisée par le crooner Nat King Cole, La foule, une chanson d’Édith Piaf qui a d’abord existé en Argentine sous la plume d’Angel Cabral, ainsi que des pièces du compositeur québécois Lionel Daunais, dont l’arrangement qu’il signa du Pont Mirabeau de Guillaume Apollinaire, jusqu’à une incursion dans la langue swahili, avec une pièce intitulée Baba Yetu (qui signifie Notre-Père) qu’on devine très rythmique et mouvementée. Quand on parle d’éclectisme…

Les billets sont en vente au coût de 25 $ (20 $ en prévente; 10 $ pour les jeunes de 10 à 15 ans). On en trouvera auprès des choristes, mais aussi à la pharmacie Uniprix de Place Lorraine. Information et réservation: 450 965-0721; chanteursdelorraine@gmail.com; site Web: [www.leschanteursdelorraine.ca].

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top