- PUBLICITÉ -
Un premier roman pour Brigitte Meloche

Brigitte Meloche était très heureuse lors du lancement de son premier roman.

Un premier roman pour Brigitte Meloche

L’atelier d’Esther

La Deux-Montagnaise Brigitte Meloche a procédé, dimanche dernier, au lancement de son premier roman, intitulé L’atelier d’Esther, en présence d’une centaine d’invités au Centre d’art La petite église, à Saint-Eustache.

«J’étais en état de choc lors de mon lancement. J’ai un peu vécu ce que c’est que de ne pas bien se sentir en raison de trop grandes émotions. C’est l’aboutissement d’un très beau projet, car écrire un roman a toujours fait partie des réalisations que je souhaitais dans ma vie», de dire cellequi a une formation en création littéraire complétée à l’Université Laval.

Dans la vie de tous les jours, Brigitte Meloche est résidante de Deux-Montagnes depuis 1999 et travaille comme intervenante sociale pour le Centre de santé et de services sociaux (CSSS) du Lac-des-Deux-Montagnes à titre de responsable d’un programme de prévention de l’autonomie chez les aînés appelé RÉVA (Réseau d’éclaireurs et de veilleurs pour les aînés).

«Mon ouvrage, c’est une fiction basée sur l’inspiration et l’observation de plusieurs personnes. Je rencontre beaucoup de gens et j’aime me faire raconter des histoires. L’important pour moi, c’est d’écrire sur ce que je connais. Mon récit est donc en lien avec mon travail», de dire l’auteure, dont leroman est basé autour de l’amour et de l’amitié, soit des thèmes qui interpellent la plupart des gens.

Dans l’histoire de Brigitte Meloche, il y a un personnage atteint de la maladie d’Alzheimer. «J’ai principalement travaillé avec des gens avec un déficit cognitif ou en transition vers le vieillissement. Par exemple, la maladie d’Alzheimer, c’est complexe et ça demande énormément d’adaptation pour la personne malade et pour les proches. Ça touche beaucoup de monde, car les statistiques indiquent que chez les 65 ans et plus, une personne sur douze est atteinte de l’Alzheimer.»

Le roman tourne autour d’Esther, une jeune artiste talentueuse et déterminée. Elle est propriétaire d’une boutique d’art et enseigne la peinture. Les années s’écoulent doucement dans la joie de voir grandir son entreprise et sa petite Rose. Esther est la fille d’Émilien, un homme généreux et résiliant qui l’a élevée seul à la suite du décès de son épouse. Maintenant âgé, Émilien est atteint de la maladie d’Alzheimer. L’acceptation de cette réalité est difficile et s’y adapter ne se fait pas sans heurts. Toutefois, les souvenirs d’une vie peuvent s’effacer un peu chaque jour, mais la mémoire du cœur, elle, peut triompher malgré les maux, malgré l’absence de mots…

«Je dirais que c’est un livre inspirant. Malgré tout ce qui arrive à la famille, le bonheur est présent quand même. L’histoire nous plonge au cœur d’un océan agité, parsemé de déchirures et d’abandons, mais aussi de joies et de réussites. Elle met aussi en scène des personnages qui ressemblent à chacun de nous et qui sont attachants», explique la nouvelle romancière.

Brigitte Meloche est déjà à l’écriture de son second récit, qui devrait être publié l’an prochain. «J’aime écrire, dit-elle, sur ce qui se passe dans la vie de tous les jours. Nous sommes confrontés à toutes sortes de situations. C’est comme ça que ça se passe dans toutes les familles.»

Elle sera présente au Salon du livre de Québec le 13 avril et au Salon du livre de Montréal du 20 au 25 novembre. L’atelier d’Esther, publié par la maison d’édition La Plume d’oie, est disponible chez Renaud-Bray et Archambault.

 

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top