- PUBLICITÉ -
Un peu… Beaucoup… À la folie… En Badinant!

Le tableau «Une paire de gifles» mettant en situation une femme mariée et l’amant espérant la conquérir.

Un peu… Beaucoup… À la folie… En Badinant!

Théâtre de la petite comédie

La troupe du Théâtre de la Petite Comédie présentait à la bibliothèque municipale de Deux-Montagnes, le dimanche 11 décembre dernier, un troisième spectacle depuis sa création en 2010. Les comédiens ont joué avec humour Un peu… Beaucoup… À la folie… En Badinant!, trois courtes comédies de Sacha Guitry.

Issue de l’école de théâtre du même nom, la troupe a offert deux représentations de sonnouveau spectacle devant une centaine de personnes au total. Les comédiens semblaient vraiment ravis d’être sur scène et ainsi promouvoir le théâtre et leur passion pour l’art théâtral.

La comédie se déroulant dans une autre époque, où l’auteur tient des propos tournant autour de la complexité de l’amour et particulièrement des femmes, c’est sous un ton léger et parfois grivois que la salle a pu se divertir.

La scène très simpliste, quelques chaises, parfois un téléphone et une table, sans éclairage se situait très près du public. Certains acteurs ont également utilisé l’allée centrale pour leur déplacement. La metteure en scène Sonia Laplante a su donner à ces courts tableaux une mise en scène chorégraphiée, simple et visuellement intéressante.

Les acteurs amateurs ont diverti le public pendant une quarantaine de minutes sur divers propos et badinages, tels que le couple, la femme, l’amour et le désir. Présentant la pièce en trois parties «Une paire de gifles», «Une lettre bien tapée» et «Chagrin d’amour», elles étaient entrecoupées de maximes, dictons ou pensées de l’auteur, Sacha Guitry, comme «Les femmes parlent jusqu’à ce qu’elles aient quelque chose à dir » ou «Être riche n’est pas avoir de l’argent, mais le dépenser».

La troupe, composée de Marcel Gosselin, Chantal Rémillard, Sylvain Emond, Véronique Guérin et Jeff Désilets, a même poussé quelques notes pour clore une pièce plutôt drôle et charmante. 

Pour Sylvain Emond, ce genre de spectacle est une passion. «Ça fait 20 ans que je fais ça. C’est un passe-temps, une passion, un deuxième travail. On est une jeune troupe et on veut davantage faire la promotion du théâtre dans la région», a-t-il expliqué en entrevue, à la fin du spectacle.

Manon Salesse, qui est à l’origine du Théâtre de la Petite Comédie, est très heureuse de l’évolution que prend son école depuis sept ans. «Notre objectif est de rendre le théâtre accessible à toutes les couches de la population. Le talent se retrouve partout», explique-t-elle. C’est pourquoi la recherche de financement fait partie de ses mandats pour aider les parents à payer les cours, ajoute-t-elle.

Au courant de la session d’automne 2011, ce sont 72 élèves qui ont fréquenté les cours de théâtre à partir de 3 ans jusqu’à l’âge adulte. Manon Salesse dit miser sur l’épanouissement des enfants par le jeu et précise que l’objectif est d’accompagner les élèves. «Certains viennent travailler la mémoire, la timidité, la créativité ou la confiance. On a beaucoup de talents chez nos jeunes», ajoute-t-elle.

 

 

 

 

 

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

Concours IGA Lamoureux
- PUBLICITÉ -
Top