- PUBLICITÉ -
Un ouvrage sur l’histoire du territoire de la ville de Saint-Eustache

(Photo Yves Déry) - L’historien André Giroux présente ici le premier tome de son ouvrage Histoire du territoire de la ville de Saint-Eustache, portant plus spécifiquement sur l’époque seigneuriale.

Un ouvrage sur l’histoire du territoire de la ville de Saint-Eustache

Le premier tome porte sur l’époque seigneuriale

Agent touristique et patrimonial à la Ville de Saint-Eustache pendant presque 20 ans, ainsi qu’historien de formation, André Giroux vient de procéder au lancement d’un ouvrage intitulé Histoire du territoire de la ville de Saint-Eustache. Dans ce premier tome d’une série de trois, publié par les Éditions GID, l’auteur s’attarde plus particulièrement sur l’époque seigneuriale s’étendant de 1683 à 1854.

«L’idée d’une étude sur l’historique de la ville de Saint-Eustache remonte à 2004, année de ma retraite. La recherche de document date cependant des années 1987 à 1998. Elle a été entreprise avec l’historien Claude-Henri Grignon, lui aussi employé municipal et qui vient de décéder», d’indiquer M. Giroux qui a mis près d’un an à rédiger ce premier tome.

Ce premier tome remonte donc plus précisément aux origines mêmes du territoire qui allait devenir la ville de Saint-Eustache avec la concession, en 1683, de la seigneurie des Mille-Îles, laquelle sera, en 1718, morcelée en deux parties, respectivement la seigneurie de la Rivière-du-Chêne ou Dumont (du nom d’Eustache Lambert Dumont), dans la partie ouest, et la seigneurie de Blainville, dans la partie est. Les premières concessions de terre dans la section de Rivière-du-Chêne se feront à partir de 1739, mais ce n’est vraiment qu’à partir de 1753 que la concession de terres et l’arrivée de colons se font tangibles. Le développement de ce secteur se fait plus persistant à partir de 1760, sous le règne d’Eustache-Louis Lambert-Dumont. À la suite de son décès, en 1807, son fils Eustache-Nicolas prend la relève et fait figure de grand bâtisseur parmi les seigneurs Dumont.

Puis, en 1837-1838, ce sera la fameuse Rébellion des Patriotes avec en tête, à Saint-Eustache, le docteur Jean-Olivier Chénier. Cette bataille sera marquée par l’incendie de plusieurs maisons de la rue Saint-Eustache et de l’église de Saint-Eustache. Et c’est sans compter le nombre de Patriotes tués lors de cette bataille, qui atteint facilement 85. L’auteur relate également les lendemains difficiles vécus par de nombreuses familles et leur exode vers la Nouvelle-Angleterre et les «pays d’en-Haut». Au lendemain de ces évènements, c’est, par ailleurs, la fin du régime seigneurial et la création de nouvelles entités territoriales, les municipalités. En 1848, la Corporation municipale du village de Saint-Eustache voit ainsi le jour officiellement.

Pour appuyer ses écrits, André Giroux, également président de la Société d’histoire régionale de Deux-Montagnes, a retenu de nombreuses illustrations, certaines inédites, dont celle de la première église et celle du docteur Chénier portant la traditionnelle tuque bleue. Des cartes et quelques photographies complètent l’ouvrage de quelque 90 pages.

Ce premier tome sera, bien évidemment suivi d’un deuxième (déjà en préparation), qui portera sur la période 1855 à 1925, et d’un troisième, qui abordera les années 1925-2005.
«Ce livre s’adresse d’abord et avant tout aux Eustachois, mais il intéressera aussi l’ensemble de la population des MRC de Deux-Montagnes, Mirabel et Thérèse-De Blainville», d’indiquer l’auteur André Giroux, tout en émettant le souhait que son ouvrage soit mis à la disposition des élèves dans les bibliothèques de Saint-Eustache et de la région.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top