- PUBLICITÉ -
Un nouveau rendez-vous multiculturel réussi

La Cité des arts, un nouveau rendez-vous pour découvrir des artistes de talent et voir des œuvres remarquables, comme les sculptures de Manon Gauthier.

Un nouveau rendez-vous multiculturel réussi

Cité des arts, à Deux-Montagnes

En raison de sa vocation culturelle et un peu grâce au climat tropical, la première édition de la Cité des arts a attiré plusieurs centaines de visiteurs les 14 et 15 juillet, au parc Central, à Deux-Montagnes.

L’Association culturelle de Deux-Montagnes dresse ainsi un bilan positif de son nouvel événement artistique visant à faire connaître les artistes régionaux et à amasser de l’argent afin de rénover La petite école jaune.

La Cité des arts a réuni pas moins d’une trentaine d’artistes sous de petits chapiteaux extérieurs. Sélectionnés par un comité dirigé par la Ville de Deux-Montagnes et Nicole Ménard, qui secondait le président Rénald Saint-Charles jusqu’à son récent décès, ces artistes leur avaient préalablement fourni un dossier bien étoffé démontrant le sérieux de leur démarche artistique.

«On ne veut pas consacrer l’événement à l’artisanat, mais plutôt en faire un rendez-vous culturel et multidisciplinaire», a expliqué en fin d’après-midi, le dimanche 15 juillet, Mme Ménard, en jetant un regard positif sur cette première édition.

Celle-ci a d’ailleurs tenu à préciser que le projet d’une Cité des arts était l’idée de Rénald Saint-Charles, qui tenait à ce que la région ait son propre rendez-vous culturel en période estivale.

«On essaie de mettre Deux-Montagnes sur la carte des destinations culturelles», a ajouté Mme Ménard, qui a dû prendre la suite des opérations après le départ de M. Saint-Charles.

En se promenant d’un exposant à l’autre, on pouvait donc découvrir plusieurs formes d’art: peinture, photographie, ébénisterie, sculpture. Les objets de la sculpteure de Deux-Montagnes Manon Gauthier valaient particulièrement le détour.

Depuis 17 ans, Mme Gauthier présente ses œuvres partout au Québec et enseigne désormais les rudiments de la poterie, du façonnage et de la sculpture aux Ateliers d’Argil’Art, à Sainte-Marthe-sur-le-Lac. Sa maîtrise de l’art se reflète incontestablement dans la finesse remarquable de ses sculptures.

D’autres artistes se distinguaient aussi par leur originalité comme France Benoit qui exposait une série d’objets coquins en bois inspirés par la gourde (celle contenant de l’eau).

La Maison des jeunes de Deux-Montagnes a également profité de l’événement de deux jours pour exposer les œuvres de ses jeunes membres ayant suivi les cours de peinture de l’Association culturelle durant la dernière année.

Cette nouvelle activité offerte aux jeunes constitue un bon moyen pour développer leur estime personnelle, croit Dominique Veilleux, directeur de la Maison des jeunes, qui a vu sa propre fille se découvrir une passion pour l’art de la peinture grâce à ce cours.

Lecture de poésie, concerts musicaux, leçons de danse baladi, de théâtre pour enfants et de cirque étaient aussi au programme du week-end culturel.

Déjà, près de 8 000 $ ont été amassés pour La petite école jaune dont le toit et la fenestration sont à refaire. Des travaux estimés à 40 000 $.

Pour les membres de l’Association culturelle, ce bâtiment a une valeur patrimoniale et en dit long sur l’histoire de la Ville de Deux-Montagnes où, encore aujourd’hui, le français côtoie quotidiennement l’anglais. Cette première école de rang bâtie en 1939 a, en effet, accueilli pendant des décennies de petits élèves anglophones et francophones.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top