- PUBLICITÉ -
Un job d’été pour Patrick Groulx et Lise Dion

(Photo Michel Chartrand) - Les humoristes Patrick Groulx et Lise Dion seront les artistes en résidence du Théâtre Lionel-Groulx à l’été 2011.

Un job d’été pour Patrick Groulx et Lise Dion

Théâtre Lionel-Groulx

Les spectacles des humoristes ont la cote au Théâtre Lionel-Groulx. Leurs représentations trouvent preneurs dès la mise en vente et les supplémentaires suivent comme la queue du chien qui s’amuse.

Alors, imaginez quand il s’agit de Lise Dion et Patrick Groulx, qui se pointent de surcroît avec des spectacles tout neufs.

Patrick Groulx passera donc ses vendredis et samedis, du 8 au 30 juillet 2011, dans la grande salle du Théâtre Lionel-Groulx, pour donner son spectacle intitulé Job: Humoriste, un solo qui s’est mérité beaucoup d’éloges de la part des critiques.

Après six ans d’absence sur scène, Lise Dion remplira assurément la grande salle jusqu’au plafond pour son spectacle intitulé Le Temps qui court, à raison de trois soirs semaine, précisément les jeudis, vendredis et samedis, du 4 au 27 août 2011.

Il sera intéressant de noter qu’un rabais de 5 $ est offert aux résidants de la MRC, jusqu’au 28 février, sur preuve de résidence, et que ce même rabais est applicable à tout groupe de vingt personnes et plus.

Sept restaurateurs choisis en vertu de leur réputation et en fonction de leur variété offriront 15 % de rabais aux dîneurs qui présenteront le billet du Théâtre Lionel-Groulx, le soir même du spectacle.

Les deux humoristes étaient donc de passage, début décembre, afin de rencontrer la presse. «Ma dernière tournée était lourde, très compliquée», raconte Patrick Groulx pour expliquer que les musiciens des Bas Blancs, son groupe musical, n’y sont plus.

Son troisième spectacle redevient donc un solo très dépouillé qui laisse toute la place à la communication avec le public, certes le point fort de l’humoriste qui agit aussi comme animateur à Job de bras, sur Ztélé, qui a beaucoup influencé la ligne directrice de son spectacle, à commencer par son titre.

«C’est la première fois que je travaillais avec des auteurs et j’ai adoré ça», avoue l’humoriste qui a été assisté aux textes par Pierre Fiola. Il tenait aussi à préciser que ce spectacle n’est plus en rodage et sachez que François Avard a mis la dernière main à la pâte, en tant que script-éditeur.

Lise Dion n’a plus besoin d’être présentée comme humoriste, mais on s’étonne encore du parcours de l’artiste en lisant son curriculum vitae. À son premier spectacle, elle vendait 350 000 billets et le second raflait quatre Oliviers, après avoir été vu par plus de 400 000 Québécois.

Les Oliviers de Spectacle et Humoriste de l’année lui sont décernés en 2002, mais cette autodidacte ne s’est pas contentée d’ouvrir toute grande la scène de l’humour aux femmes, elle s’est aussi taillée une place au cinéma avec Laura Cadieux, également animé une émission de radio et la voilà maintenant qui met Marie-Hélène Thibert en scène.

Mais on ne doute pas que sa vraie passion vit sur les planches quand elle nous parle, avec sa bonhomie, de Marcel qui ne change pas, mais des enfants qui n’en sont plus vraiment. C’est bien évidemment la vie, mais aussi la mort qui interpellent l’humoriste.

«J’ai peur du cancer comme de la peste», avoue-t-elle, même s’il en est question dans son spectacle. On imagine des questions sur l’après la vie, avec Lise Dion, qui traitera aussi de l’impatience et de la colère.

Pour réservations (faites-le immédiatement): 450-434-4006 ou [www.theatrelg.com]. Réseau Admission (frais de service additionnels): 514-790-1245 ou 1 800 361-4595; site Web: [www.admission.com].

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top