- PUBLICITÉ -
Studio Viva Danse: Un nouvel environnement professionnel

La directrice Mélisa Pelletier a inauguré les nouveaux locaux du Studio Viva Danse en compagnie de ses professeurs

Studio Viva Danse: Un nouvel environnement professionnel

Le Studio Viva Danse a célébré en grand l’ouverture de ses nouveaux locaux dans le Vieux-Saint-Eustache, où les élèves peuvent évoluer depuis le début du mois de septembre déjà. La soirée a débuté avec un spectacle de 30 minutes, pour donner un aperçu des styles de danse variés de l’école.

Des élèves du niveau compétition, des professeurs, l’invité Alexandre Carlos, de la compagnie Cas Public, et les danseurs des Tripoli Studios ont été du nombre à inaugurer l’endroit. Sur place, les spectateurs et les élèves de l’école ont également pu profiter des pâtisseries offertes par Crinoline Farine, boutique également située dans le Vieux-Saint-Eustache.

Sur le thème des grandes villes du monde, trois pièces aux murs blancs, dotées d’un plancher de bois spécialement adapté pour la danse s’additionnent à un plus grand stationnement et des vestiaires. «Tout est pensé en fonction de la danse, se réjouit Mélisa Pelletier, directrice du Studio Viva Danse. C’est beaucoup plus spacieux que les anciens studios.»

Des artistes professionnels invités pourront donner des ateliers dans la plus grande des trois pièces, qui comporte un mur rétractable doté de miroirs. «Il y aura plus d’élèves qui pourront profiter des «workshops» avec les artistes», de commenter Mélisa Pelletier.

Le 44, rue Saint-Louis, permet au Studio Viva Danse d’offrir 70 cours par semaine, à plus de 350 élèves de la région. Les choix qui s’offrent à eux sont le ballet classique avec ou sans pointes, le hip hop, le jazz, la claquette, le contemporain, le breakdance, l’initiation à la danse et le Pilates. En plus des cours réguliers, les élèves les plus motivés peuvent passer au niveau compétitif au moyen d’une audition, dès l’âge de 8 ans. Les styles de danse qui leur sont alors offerts sont le ballet jazz, le hip hop et la claquette.

L’été dernier, l’école de danse a brillé sur la scène du festival Juste pour rire et du Cirque du Soleil, animé la foule au Festival de montgolfières de Saint-Jean-sur-Richelieu et participé à un tournage pour le Gala des prix Gémeaux. «C’était une super belle expérience pour les élèves, se rappelle la directrice Mélisa Pelletier. Sur le plateau de tournage, ils étaient sous la direction de Geneviève Dorion-Coupal.»

En décembre prochain, trois élèves du Studio Viva Danse fouleront les planches de la Place des arts, à Montréal, dans le spectacle Casse-Noisette des Grands Ballets canadiens. Les danseurs âgés de 13, 14 et 15 ans incarneront deux personnages orientaux et un renne. «Ce n’est pas un rôle difficile, mais c’est vraiment une belle expérience qui me fait voir le côté professionnel, témoigne Laurence Cardinal, qui campera le rôle du renne. J’ai déjà eu deux répétitions et j’ai hâte d’être sur scène!»

Le Studio Viva Danse se donne pour mission l’épanouissement de ses élèves, résume la directrice: «Notre objectif en tant que studio est de permettre à nos élèves de développer leur plein potentiel. Lorsque nous en avons l’occasion, nous aidons nos élèves à participer à différents projets.» Maintenant que le ruban rouge est coupé, les anciens élèves comme les nouveaux pourront évoluer dans un environnement des plus professionnels.

 

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top