- PUBLICITÉ -
Souvenirs et réflexions de Viateur Raymond

Viateur Raymond présente son recueil Souvenir et réflexions.

Souvenirs et réflexions de Viateur Raymond

Un legs à sa famille et la communauté

Après 64 ans de service pastoral et près de 80 ans d’engagement communautaire, le prêtre catholique Viateur Raymond a choisi de léguer à sa famille ainsi qu’à toute la communauté un recueil de ses souvenirs et réflexions. À la demande de l’Association des familles Labrosse dit Raymond, l’octogénaire a, en effet, rédigé les évènements marquants de sa vie, au cours de laquelle l’institution religieuse a connu de grands changements.

«Je voulais donner un sens à ma vie de prêtre et défaire les mythes qui entourent l’Église aujourd’hui, précise-t-il en entrevue. Je veux montrer qu’il y a encore de l’espoir, sans faire la morale.»

Viateur Raymond, né à Sainte-Monique, a fait ses études au Séminaire de Sainte-Thérèse, puis à l’Université de Montréal. Les paroisses Notre-Dame-de-l’Assomption, Sacré-Coeur, Saint-Rédempteur ont été ses premiers ministères. Il a ensuite animé les six zones pastorales de Saint-Jérôme, Sainte-Adèle, Lachute, Saint-Eustache, Sainte-Thérèse et Terrebonne, avant de passer 12 ans à la paroisse de Saint-Eustache et six ans à Saint-Canut.

Au début de son service pastoral, le prêtre a œuvré comme aumônier auprès de l’armée canadienne. «J’aimais beaucoup l’armée, s’enthousiasme-t-il. J’avais demandé à mon évêque d’y rester, mais j’ai été assigné à la paroisse de Brownsburg, dans le diocèse d’Ottawa.» Convaincu du bien-fondé de l’exercice physique et impliqué dans les écoles de la région, Viateur Raymond a, plus tard, mis sur pied ce qui allait devenir le programme d’éducation physique que l’on connaît aujourd’hui.

Son recueil raconte aussi son implication auprès de la Jeunesse ouvrière chrétienne, où il a contribué à la réinsertion de nombreux chômeurs dans le milieu du travail. «J’ai ouvert un bureau de placement pour les jeunes chômeurs à Sainte-Thérèse. Je les aidais à trouver un emploi et leur faisais faire les démarches pour d’autres. Comme ça, ils apprenaient à devenir autonomes», raconte-t-il fièrement. Il s’est d’ailleurs impliqué dans le mouvement syndicaliste en tant qu’aumônier pour Confédération des travailleurs catholiques du Canada, devenue en 1960 la Confédération des syndicats nationaux (CSN).

Les mémoires de l’éternel enseignant témoignent de l’évolution de l’Église à travers différents évènements historiques. «L’Église d’autrefois était bonne, mais convenait au 19e siècle. Le Concile en 1965 a fait l’institution d’aujourd’hui, centrée sur les pauvres et le service social, explique-t-il. L’Église a toujours un rôle à jouer dans la société, celui de rassembler les gens pour qu’ils se prennent en main.»

Viateur Raymond se désole aujourd’hui de la pauvreté dans la région. «Il n’y avait pas d’itinérants quand j’étais curé à Saint-Eustache. On voit bien que les pauvres deviennent plus pauvres, et les riches, plus riches», regrette-t-il.

À présent, Viateur Raymond siège sur des conseils d’administration diocésains et donne la messe occasionnellement. «J’ai une fermette à Mirabel. Je dois bientôt ranger pour l’hiver, dit-il en souriant. J’ai des topinambours à classer.»

En tout, 200 copies du recueil intitulé Souvenirs et réflexions ont été mises en vente en juin dernier dans les églises du diocèse de Saint-Jérôme. En vente au coût de 10 $, les profits seront remis à l’Œuvre des vocations, chargée du recrutement des futurs prêtres.

 

 

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top