- PUBLICITÉ -
Saint-Eustache raconté au fil des décennies

Le groupe Les Conteurs de la Rivière-du-Chêne est composé de Camille Tremblay

Saint-Eustache raconté au fil des décennies

Les Conteurs de la Rivière-du-Chêne

Le lancement d’un livre réalisé par les Conteurs de la Rivière-du-Chêne, intitulé Les chroniques de Saint-Eustache de 1682 à 2012, a eu lieu à la bibliothèque Guy-Bélisle, à Saint-Eustache, le dimanche 22 septembre dernier. C’est un groupe de sept personnes, âgées de 60 ans à 93 ans, qui composent l’équipe des Conteurs de la Rivière‑du‑Chêne.

Le but visé par ce groupe dans ce projet est de laisser aux générations futures une multitude de récits d’événements ayant eu lieu à partir de l’époque où Saint-Eustache ne comptait que 22 habitants.

Les Conteurs de la Rivière-du-Chêne étaient tous présents et, pour l’occasion, on fait la lecture de certains passages du livre.

Ce livre se veut donc un outil de 150 pages, de format pratique, et contient, entre autres, la toponymie de Saint-Eustache à partir de 1682 jusqu’à 2012, qui est passée de 22 habitants à 44 000.

Dans les pages de ce livre se retrouvent aussi les renseignements et histoires quant au régime seigneurial, à la famille Légaré, à Mme Virginie Villiotte, la première femme d’affaires de Saint-Eustache, et relate aussi le parcours des Sauvé, père et fils.

Parmi la multitude d’informations, ce livre contient aussi des textes, à titre posthume, de Gilles Boileau, sans oublier du curé Paquin et de Jean‑Olivier Chénier. On y relate également de la vie quotidienne, des traditions, des vêtements et des moyens de transport, en complétant l’évolution de données de 1682 jusqu’à aujourd’hui.

L’une des membres du groupe, Constance Joanette, a pris le temps de souligner la collaboration de plusieurs intervenants dans ce projet dont, entre autres, le Conseil arts et culture de Saint-Eustache, par le biais de son président Raymond Tessier, qui a cru en ce projet depuis la première ébauche jusqu’au produit final. «Les projets culturels sont très importants pour nous, parce que c’est un volet où nous pouvons donner aux autres et faire en sorte qu’ils apprennent», a‑t‑il dit.

Prenant la parole à son tour, Daniel Goyer, député de Deux-Montagnes, a souligné le travail d’équipe qui a été effectué dans la réalisation d’un projet aussi particulier. «C’est fantastique ce qui se passe à Saint-Eustache au niveau de la culture! Ce qui est important c’est de souligner l’Histoire, parce que je pense que si l’on sait d’où l’on vient, on va savoir où l’on va», a‑t‑il exprimé.

Le maire de Saint-Eustache, Pierre Charron, a, lui aussi, énoncé sa joie d’avoir eu l’opportunité de collaborer à la réussite de ce livre. «La culture, chez nous à Saint-Eustache, elle est propre à nous, a‑t‑il dit d’entrée de jeu. Ici, on affirme qu’il y a de la place pour la culture et on l’a prouvé.» M. Charron réfère ensuite à une affirmation de la part de M. Tessier voulant que «la culture, si on y va avec la participation des gens, ça va être gagnant».

Le tout s’est terminé avec des félicitations de Laurin Liu, députée de Rivière-des-Mille‑Îles, qui s’est jointe aux invités pour ce lancement. «Saint-Eustache est une ville en plein épanouissement et on peut le voir dans notre vie artistique et culturelle. Merci de révéler l’histoire de notre belle région», a‑t‑elle lancé.

Prenez note que vous pouvez vous procurer Les chroniques de Saint-Eustache de 1682 à 2012, au coût de 25 $, en contactant Hercule Roy, au 450‑735‑3472.

 

 

 

 

 

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top