- PUBLICITÉ -
Rockwellfamily 2

Rockwell Family: Marc-Antoine Millette, Olivier Blais, Stéphane Charbonneau, Philippe Leclerc et Ricky Saint-Jusna.

Rockwell Family l’emporte à Danser pour gagner

La première saison de l’émission Danser pour gagner, diffusée sur la chaîne V télé, s’est achevée mercredi dernier avec la consécration de Rockwell Family, tel qu’en a décidé le public, alors appelé à voter pour son numéro favori.

La troupe gagnante, dont font partie le Marthelacquois Olivier Blais, de même que Ricky Saint-Jusna, coach de la troupe Krankyd, affilié à l’Académie de danse Propulsion, de Rosemère, a fait mouche en proposant un numéro teinté d’humour (une dimension qui fait résolument partie de sa signature) et bâti sur la chanson Légendaire, du rappeur québécois Koriass, dans lequel on voyait les danseurs tenter le cambriolage d’un coffre-fort contenant le grand prix de cette compétition qui, dans le cadre de cette finale, mettait également en lice deux autres troupes, C-4 (Laval) et Steez (Montréal).

Un prix de 100 000 $

Il était d’ailleurs alléchant, ce grand prix, puisque sa valeur globale oscillait autour des 100 000 $, une cagnotte que se partageront les cinq membres de la troupe qui mise aussi sur le talent de Marc-Antoine Millette, Stéphane Charbonneau et Philippe Leclerc.

Avant d’être consacrée «meilleure troupe de danse du Québec», Rockwell Family s’était imposée sur d’autres scènes, remportant notamment deux médailles aux championnats du Monde de Hip Hop, disputés à Las Vegas (l’or en 2013 et le bronze en 2014).

Dans le cadre de Danser pour gagner, Rockwell Family était en lice avec 11 autres formations engagées dès le départ dans une compétition éliminatoire. Ceux que le public a finalement choisis ont traversé toutes les épreuves avec panache, avec un sens du spectacle qu’on leur a chaque fois reconnu, jusqu’à la ronde ultime où ils se sont une fois de plus démarqués. «Il n’y a pas de mission impossible pour Rockwell Family», s’est écrié le juge et metteur en scène Denis Bouchard, immédiatement après leur prestation, sans même savoir à ce moment-là que l’affaire était réglée.

Et maintenant?

On ne sait trop de quoi l’avenir sera fait pour les cinq gars de Rockwell Family, mais Olivier Blais avait révélé, dans le cadre d’une entrevue publiée dans ce journal, en février, que le temps d’accrocher ses espadrilles était probablement venu pour chacun. «Mais nous pourrons continuer de partager notre passion en enseignant, en montant des numéros pour d’autres troupes; on peut donner des ateliers spéciaux et agir comme juges dans les compétitions. Je pense ne jamais quitter le monde de la danse», exprimait alors le danseur.

 

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top