- PUBLICITÉ -
Quand le gentleman cambrioleur se régale

Garou chantera sur la scène du TLG, le samedi 1er mai.

Quand le gentleman cambrioleur se régale

Garou sur la scène du Théâtre Lionel-Groulx, le 1er mai

On a l’impression qu’il est toujours parti à la conquête du monde. Pourtant, Garou habite toujours le Québec et ne manque pas d’y revenir à la moindre occasion. Une question d’équilibre, selon lui. «J’ai l’impression de vivre un genre de 9 à 5. Je travaille beaucoup et partout. Mais quand je rentre chez moi, au Québec, c’est pour me reposer, pas pour travailler», racontait-il, quelques heures à peine avant de monter sur la scène du Capitole, à Québec, pour deux soirs en ligne.

Or, voilà que Garou nage présentement en pleine tournée québécoise, sa plus grosse tournée jamais orchestrée au Québec. Depuis la fin du mois de février, Garou investit comme jamais les salles de spectacle du Québec et propose à son public un rendez-vous bien particulier. «J’avoue que le public peut avoir un peu peur de ce qu’il verra sur scène», rigole-t-il. C’est que Garou s’amuse à jouer le gentleman cambrioleur, conférant au spectacle un aspect plutôt classy auquel les gens ne sont peut-être pas habitués. «C’est un personnage hallucinant à camper, ce cambrioleur du musée de la chanson. Ça me change de ce que j’ai fait jusqu’à présent. C’est vrai que c’est un rendez-vous différent», concède-t-il. Avec lui, sur scène, huit musiciens. «Tous des Québécois qui me suivront ensuite dans mes shows prévus en Europe», souligne-t-il fièrement.

Garou l’éclectique

Reste que malgré le fait qu’il s’amuse à jouer le gentleman cambrioleur, l’essence même du chanteur et son goût varié pour la musique et la chanson refont vite surface. «J’ai toujours été très éclectique dans mon approche et je me suis toujours promené entre du Joe Dassin et du rock, par exemple. Même si ce show ressemble davantage à une cuisine fusion, un peu plus chic, ça ne m’empêche pas de toujours aimer la poutine», illustre-t-il en riant, mettant ainsi la table à un menu très varié et à une soirée, de fait, où la musique et les chansons sous toutes leurs formes et leurs coutures seront de toute évidence à l’honneur.

Au surplus, une soirée à l’image de la carrière du chanteur. «Je trouve que j’ai énormément de chance de pouvoir me promener comme je le fais un peu partout. Les gens me disent souvent que je le mérite après avoir connu les bars. Mais pour moi, l’époque des bars a aussi été une belle époque de ma vie et non, je n’en ai pas bavé comme certains le prétendent. En fait, je tripe et je me régale de tout ce que je vis», confie-t-il.

De fait, Garou affirme n’avoir jamais eu qu’un seul souhait: vivre de son art. Ici comme ailleurs. Avec toute son authenticité.

Avis aux intéressés, Garou terminera sa tournée québécoise le 1er mai prochain, à Sainte-Thérèse, avant de s’envoler à destination de l’Europe, là où l’attend une série de spectacles, en Belgique, notamment, et en France. «Mon spectacle sera le même partout. Mais j’avoue que celui de Sainte-Thérèse sera un peu particulier du fait qu’il sera le dernier de notre tournée. La nostalgie sera sûrement au rendez-vous», termine-t-il. Pour acheter vos billets, composez le 450-434-4006 ou tapez le [www.theatrelg.com].

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top