- PUBLICITÉ -
Pixar ramène ses fameux joujoux

Un nouveau jouet fait son entrée, soit Fourchette, que Woody va prendre sous son aile.

Histoire de jouets 4: Pixar ramène ses fameux joujoux

Lisez la critique de Sébastien Trottier sur un film qui vient de prendre l’affiche dans les salles de cinéma. Cette semaine: Histoire de jouets 4.

La fin de la trilogie se concluait tellement bien qu’une suite semblait presque impensable. Quel fut mon étonnement, quand j’ai appris qu’un autre volet de Histoire de jouets était en chantier. Pixar est-il en manque d’inspiration pour pondre des contes originaux, et est-ce vraiment de trop? Vous seul pourrez en juger.

Dorénavant Woody, Buzz, et le reste de l’équipe appartiennent à Bonnie. Durant sa première journée à la maternelle, elle fabrique un nouveau jouet en se servant d’un ustensile jetable. Dès lors, Woody le prend sous son aile en vue de l’intégrer au sein du groupe. Malgré cela, il retourne continuellement à la poubelle, croyant que sa vraie place est parmi les déchets. Pendant un voyage en VR en compagnie de la famille de Bonnie, Fourchette disparaît, et le cowboy part à sa recherche. C’est à cet instant qu’il rencontre Bo Peep, une amie de longue date, qu’il n’a pas vue depuis des années.

Débutant par un «flashback» expliquant le départ de Bo Peep, le film est suivi d’un récapitulatif de la période avec Andy. La production a réussi à nous remémorer les événements passés, simplement en quelques minutes. Quant au récit, se déroulant principalement au cœur d’un parc d’attractions, et d’une boutique d’antiquités, il est rempli d’action et d’humour avec une finale émouvante.

De nouveaux personnages

Plusieurs nouveaux personnages font leur entrée. Il y a évidemment Fourchette, doublé au Québec par François Bellefeuille. Très drôle, il est en quête de sa véritable utilité tout au long de l’aventure. L’antagoniste Gaby Gaby est une vieille poupée. Aidée de marionnettes ventriloques, elle désire s’emparer du synthétiseur vocal de Woody, car le sien est défectueux. Elle nous réserve une belle surprise au moment de sa dernière scène. Ducky et Bunny, deux peluches de foire, ont des dialogues complètement délirants. Le clou du spectacle, c’est Duke Caboom et ses courtes apparitions. Ce cascadeur canadien a été abandonné par le petit Réjean. Il effectue de nombreuses pirouettes de manière à prouver ses aptitudes. Dans la version française, on lui a donné un accent québécois anglophone vraiment tordant.

Ce quatrième opus démontre que le studio n’a pas perdu son talent en ce qui concerne l’écriture d’un bon scénario, en lui attribuant une animation d’un réalisme incroyable, lors de certains segments.

La semaine prochaine, il sera question des films prévus pour juillet et août.

D’ici là, découvrez le site [http://cine-techno.com], afin de consulter les critiques cinéma, jeux vidéo et technologiques.

Ma note: 8,5/10

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top