- PUBLICITÉ -
Note parfaite pour le Requiem de Mozart

Hubert Tanguay-Labrosse

Note parfaite pour le Requiem de Mozart

Ensemble choral de Saint-Eustache

Mozart aurait été fier d’entendre le concert qui se déroulait entre les murs de l’église Saint-Eustache, le samedi 26 janvier dernier. L’interprétation de sa dernière œuvre, l’incontournable Requiem, était absolument impeccable.

C’est aussi l’avis de bon nombre de spectateurs ayant pris siège dans l’enceinte de l’église pour entendre l’œuvre du célèbre compositeur autrichien nommée tout simplement le Requiem de Mozart, qu’il a écrite juste avant de trépasser.

Depuis mai dernier, le chef d’orchestre Jean-Sébastien Lévesque s’y préparait avec les choristes de l’Ensemble choral de Saint-Eustache et de l’Ensemble vocal Vivace. Une cinquantaine de choristes en tout. Des heures et des heures de pratique pour préparer un tel concert.

Leurs efforts n’ont pas été vains. Accompagnés d’une vingtaine de musiciens, les choristes ont offert une prestation vocale juste et harmonieuse, laquelle s’est révélée comme une agréable surprise pour ne pas dire un moment de grâce aux oreilles des spectateurs.

Ceux-ci ont, par ailleurs, pu entendre des artistes reconnus dans le milieu de la musique classique comme la soprano Léa Weilbrenner, le ténor Arthur Tanguay-Labrosse, le basse Tomislav Lavoie, la mezzo-soprano Jessica Bowes et le clarinettiste Hubert Tanguay-Labrosse.

Ce dernier a offert une prestation solo d’une grande maîtrise lors du Concerto pour clarinette en la majeur K.622, en première partie.

Quant aux chanteurs invités, il a fallu attendre la deuxième partie du spectacle pour découvrir leur voix talentueuse et vibrante bien mise en évidence dans le Requiem.

Et que dire du Requiem, inscrit en deuxième partie du programme comme une pièce de résistance, si ce n’est que la qualité de la présentation offerte en ce samedi soir était digne de se mesurer à n’importe quel ensemble musical réputé. Sublime, renversante, voilà! Les spectateurs ont quitté l’église charmés par ce concert classique qui a certes constitué un événement dans la vie culturelle de Saint-Eustache.

Même Noémie Moreau et son frère Michaël, âgés de quatre et huit ans, ont semblé apprécier le beau concert qu’ils ont écouté avec respect dans le silence absolu. Initiés à la musique de facture classique par leur grand frère, un musicien classique, ils étaient venus entendre chanter tante Martine (Moreau).

Choriste dans l’Ensemble vocal Vivace, celle-ci s’est dite très émue d’avoir participé à cette grande œuvre. «Tout au long de la soirée, j’avais l’impression d’être avec Mozart, au moment où il écrivait ce concert», a confié cette passionnée de grands concerts.

Jean-Sébastien Lévesque, le grand maître d’œuvre derrière ce concert, était encore tout fébrile après le spectacle, ravi par les nombreux commentaires positifs qu’il entendait. Heureux aussi; il a gagné son pari d’offrir un concert de grande qualité. «Il y a deux ans à peine, il n’y avait que sept choristes au sein de l’ensemble choral de Saint-Eustache. Leur progression est extraordinaire», a confié le chef d’orchestre, qui dirige aussi l’Ensemble vocal Vivace.

La présidente de l’Ensemble choral, Constance Joanette, n’était pas peu fière. Elle n’avait jamais perdu foi en sa chorale, surtout depuis l’arrivée de M. Lévesque, dont la passion pour l’interprétation classique a convaincu plus d’une vingtaine de belles voix de la région d’intégrer l’Ensemble choral.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top