- PUBLICITÉ -
Les jeunes chanteurs en mettent plein la vue

En choisissant d'interpréter des chants d'opéra, Laurence Jutras a fait découvrir à l'assistance sa belle voix de soprano.

Les jeunes chanteurs en mettent plein la vue

École de chant Danielle Pilon

Les élèves de l'École de chant Danielle Pilon en ont mis plein la vue à leur auditoire, le dimanche 10 juin dernier, au Centre d’art La petite église, à Saint-Eustache, alors qu'ils se produisaient sur scène à l'occasion de leur récital de fin d'année.

SourceURL:file://localhost/Volumes/Text/A)-TEXTES%20JOURNALISTES/%20TEXTES%20EV.%20et%20%20CONC./06%20juin%202012/16%20et%2020%20juin/RCspectacle-danielle%20pilon%20-C.doc

RCspectacle_daniellepilon

LACONCORDE – 13 juin 2012

corr. lucîe

Nbre de caractères: 2 692

Texte de 11 pouces, incluant la légende

+ photo horizontale YD_12_06_10_4320.jpg

Reine Côté

leveil@groupejcl.com

En après-midi, Marianne Bouvrette, Ludovick Bourgeois, Alexandra Brazeau, Noémie Charbonneau, Béatrice Cloutier, Sabrina Côté, Augustine Dionne, Laurence Jutras, Noémie Métayer, Catherine Morin et Karine Simces ont tour à tour interprété une série de chansons choisies autour du thème Y’a les mots.

Mis en scène par François Racine, dont la réputation n’est plus à faire, les jeunes âgés de 13 à 20 ans ont prouvé qu’ils avaient du talent à revendre. Ne leur manque qu’un peu d’expérience des planches.

Si le stress d’une première prestation devant un public a laissé une hésitation dans la voix de quelques-unes des interprètes, la plupart d’entre elles s’en sont tirées avec brio.

Le programme du récital était fort varié, allant de la ballade à la chanson plus rythmée: Si Dieu existe, I’m Alive, Des mots qui sonnent. Quant au style, il était résolument pop à deux exceptions près.

En interprétant Prends garde à ta langue, chantée à l’origine par Zaz, Béatrice Cloutier a, par exemple, privilégié un style nettement plus «jazzy».

Dans toute cette foulée de talents féminins, le seul garçon du groupe, un certain Ludovick Bourgeois, a réussi à prendre sa place sur les planches, le temps de deux chansons: I Think of You et Breakeven. À entendre son timbre de voix haut perché, on ne pouvait s’empêcher de constater quecejeune Bourgeois a hérité du talent vocal de son père Patrick, l’ex-membre du groupe Les B.B.

Faisant preuve d’audace, Laurence Jutras s’est démarquée du lot en interprétant O moi Babbino Caro et Voi che Sapete, deux grands classiques du répertoire d’opéra italien. Sa prestation a visiblement ravi les spectateurs à travers le flot de chansons de type populaire privilégiées par ses camarades.

En coulisses pendant l’entracte, Mme Pilon a confié qu’elle préparait sa jeune élève de 15 ans à la voix de soprano pour son entrée au conservatoire de musique.

Après avoir mené elle-même une carrière comme chanteuse classique, Danielle Pilon n’écarte pas l’idée de monter une classe de chant dirigée vers le classique.

Quand? Elle ne le sait pas. Pour l’heure, les jeunes qui s’inscrivent à ses cours préfèrent la chanson populaire. Et si ce n’était de l’intervention de leur professeure, ils privilégieraient les pièces en anglais. Mme Pilon a dû limiter à sept le nombre de chansons pop anglophones au programme comprenant 26 pièces.

Un deuxième spectacle s’est déroulé en soirée, mettant cette fois en vedette le groupe d’élèves adultes de Mme Pilon.

 

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top