- PUBLICITÉ -
L’artiste Samir Kachami n’est plus

L’artiste peintre Samir Kachami est décédé le 26 février, à l’âge de 83 ans.

L’artiste Samir Kachami n’est plus

1936-2020

Figure bien connue du milieu culturel eustachois et laurentien, l’artiste peintre Samir Kachami s’est éteint, le mercredi 26 février, à l’âge de 83 ans. Depuis plusieurs années, l’homme, l’artiste, l’époux, le père de famille et le grand-père souffrait de la maladie de Parkinson.

Titulaire d’une maîtrise en éducation de l’Université de Montréal, Samir Kachami y avait également obtenu un brevet d’enseignement avec spécialité en arts plastiques. Il était également diplômé de l’École des Beaux-Arts de Montréal, complétant ainsi une formation amorcée à l’École Leonardo da Vinci, au Caire.

Né en 1936 à Damanhour (Égypte), Samir Kachami est arrivé au Québec en 1967. Il a fait carrière comme artiste peintre, peignant d’abord des tableaux surréalistes avant de développer une démarche davantage symboliste. Au cœur de son œuvre, la femme occupe une place privilégiée, alors qu’elle est souvent représentée sous les traits d’une ballerine ou d’une musicienne dont l’artiste cherche à scruter l’âme. En cours d’évolution, Samir Kachami intégrera des médiums aussi diversifiés que l’encre de Chine de couleur, le pastel sec, l’aquarelle et les techniques mixtes.

Artiste et enseignant

Parallèlement à sa production artistique, Samir Kachami s’est consacré à l’enseignement, notamment à la polyvalente Deux-Montagnes, de 1968 à 1997, mais aussi à l’Atelier Samir Kachami, devenu par la suite Galerie Souffle de création, qu’il a ouvert en 1981, au 34, rue Saint-Eustache, là où se trouve désormais le 34 Galerie/Ateliers.

Tout au long de sa carrière, ses œuvres ont été régulièrement exposées, en solo ou en collectif, tant au Québec qu’à l’étranger. L’auteur et historien de l’art Louis Bruens s’est penché sur son œuvre dans trois de ses livres et de nombreux articles lui ont été consacrés dans la revue Magazin’art.

À noter que la famille recevra vos condoléances le dimanche 8 mars, de 10 h à midi et de 14 h à 16 h, au Complexe funéraire Goyer, situé au 105, boulevard Desjardins Est, à Sainte-Thérèse. Une liturgie y sera célébrée à 16 h, à la chapelle du complexe. Selon les souhaits émis par la famille, vos marques de sympathie peuvent se traduire par des dons à la Société Parkinson Québec.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Concours

concours-iga-lamoureux
- PUBLICITÉ -
Top