- PUBLICITÉ -
L’accouchement raconté par sept comédiens

L’équipe de Naissance: un seul comédien, Denis Michaud (à l’arrière), entouré de six comédiennes sur scène pour présenter le vécu de femmes avant, pendant et après l’accouchement.

L’accouchement raconté par sept comédiens

La pièce de théâtre Naissance

L’accouchement peut se révéler un sujet fort intéressant sur une scène de théâtre. La preuve: près d’une centaine de spectateurs sont repartis enchantés de la soirée théâtrale présentée au Théâtre des Érables de la Cabane à sucre Lalande, à Saint-Eustache, au mois de novembre dernier, après avoir entendu sept comédiens relater l’expérience de la grossesse et de la naissance sous toutes ses coutures dans Naissance. L’événement était organisé par le Carrefour péri-naissance et familial de Saint-Eustache.

Cette pièce, écrite en 2004 par la militante américaine et fondatrice du mouvement BOLD, Karen Brody, à partir d’une centaine de témoignages, raconte comment plusieurs femmes de différentes origines vivent le moment de l’accouchement.

Autour d’un seul comédien, Denis Michaud, les comédiennes Marie-Claude Sabourin, Julie B.-Beaulieu, Marjolaine Lemieux, Annie Arseneault, Sharon James et Bénédicte Gobert campaient ces femmes dont l’expérience de l’accouchement s’avérait souvent émouvante, parfois laborieuse, parfois idyllique.

À tour de rôle, elles prenaient place sur scène en faisant revivre l’événement ayant marqué leur vie. Leurs personnages, pris entre nature et culture, confiaient leurs craintes, leurs pensées et leurs joies face au pouvoir ou non d’enfanter selon leur désir.

«À l’heure où la tendance actuelle veut que tout soit sous contrôle, sans douleur, rapide, rajeunissant et embellissant, d’autres courants proposent l’écoute et le respect du rythme de l’âme et du corps. Dans le monde de la périnatalité, on détecte d’un côté une perte de confiance des femmes en leur capacité d’accoucher et de participer aux décisions concernant leur accouchement. De l’autre côté, des médecins et des sages-femmes prônent l’automatisation des femmes et les accompagnent dans leurs accouchements naturels», explique l’équipe de production dirigée par Johanne Benoît et son assistante, Martine Pype-Rondeau.

C’est donc dans cet esprit que l’équipe de Naissance se promène d’une scène à l’autre, dans tout le Québec, pour donner la parole aux femmes. Depuis le succès inattendu remporté lors de sa première présentée au congrès Enfanter le monde, le 26 novembre 2010, la pièce connaît une forte demande. Avec l’accord de l’auteure, deux nouvelles scènes plus «québécoises» ont été ajoutées à la version originale.

Au Théâtre des Érables, l’assistance paraissait ravie que l’on aborde le sujet de la naissance sur une scène théâtrale.

«Il y a des moments touchants et drôles dans cette pièce. On se reconnaît», a confié après la pièce Valérie Dorval, une jeune spectatrice de Saint-Colomban venue accompagnée de sa mère. Enceinte de cinq mois, elle a déjà fait son choix: ce sera l’accouchement à la maison de naissance «pour le côté naturel et le suivi avec la sage-femme», précise-t-elle.

Après la représentation, un panel de cinq intervenantes a pris place sur la scène pour discuter avec le public de l’accouchement: Lysanne Grégoire, de l’organisme Mieux-Naître, Laury Peroff, du Carrefour péri-naissance, Isabelle Challut, du centre Pleine Lune, Ariane Morissette et Désirée Boudreau, de la Maison de naissance du Boisé de Blainville.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top