- PUBLICITÉ -
Intensité et générosité avec le violoncelliste Stéphane Tétreault

Le jeune violoncelliste Stéphane Tétreault, accompagné du pianiste Zhengy Chen, lors de son concert à l’église Saint-Placide.

Intensité et générosité avec le violoncelliste Stéphane Tétreault

À l’église Saint-Placide

La Société arts et culture de Saint-Placide a clôturé, le samedi 8 décembre dernier, l’année 2012 tout en beauté avec un concert de violoncelle avec celui qui est considéré comme un jeune prodige, Stéphane Tétreault, accompagné par Zhengy Chen au piano

À cette occasion, l’église Saint-Placide, aménagée tout spécialement, était remplie de personnes venues entendre de la musique classique interprétée par le jeune musicien de 19 ans. Celui-ci, plusieurs fois primé, étudie le violoncelle depuis 10 ans et maîtrise son instrument avec une maturité et une facilité déconcertante.

Il s’est présenté sur la scène avec son violoncelle Stradivarius portant le nom de «Comtesse de Stainlein, Ex-Paganini» datant de 1707. Prêté par une mécène montréalaise, l’instrument serait évalué à six millions de dollars.

«Je suis content d’être là dans cette charmante église», s’est exprimé le jeune musicien avant d’apporter quelques modifications au programme proposé. Ce soir-là, les morceaux qui ont été présentés étaient le Prélude de Bach, pour se poursuivre avec du Joseph Haydn. La Sonate en mi mineur, opus 38, de Johannes Brahms, est venue conclure la première partie.

Après la pause, Stéphane Tétreault a offert Sonate en la mineur D.821 pour aperggione et piano, de Franz Peter Schubert, suivie de Pezzo Capriccioso de Piotr Llitch Tchaïkovski.

Le musicien a démontré, dès ses premières notes, une communion entre lui et son instrument comme si ce dernier était une prolongation de lui-même. Très expressif de son visage et de son corps, son interprétation musicale était imprégnée d’intensité et de générosité qui le faisait bouger au rythme de ses notes.

L’artiste, très concentré à sentir la musique et à la faire passer à travers ses mains et son instrument, était également très à l’écoute du pianiste Zhengy Chen afin d’offrir aux spectateurs une expérience musicale en totale harmonie. La musique classique coulait autant dans la respiration audible du jeune homme que dans les phrases musicales qu’il arrivait à faire jouer à son instrument, que dans la justesse du pianiste. Ce dernier, lui, ajustait constamment son interprétation pour mettre en valeur et soutenir le violoncelle. Un duo qui s’est montré riche en sonorités et qui arrivait à faire sentir toute la puissance de certains des passages choisis.

Amateur ou non du genre, le talent et les subtilités d’interprétation de Stéphane Tétreault étaient indéniables. Il a démontré également une belle maturité et une véritable passion, autant lorsqu’il a joué de son instrument où ses mains s’exécutaient avec agilité et légèreté, que lorsqu’il s’est adressé au public pour donner quelques détails sur les morceaux qu’il allait interpréter.

Une soirée magnifique où l’acoustique de l’église a su rendre la beauté à la musique choisie et jouée par Stéphane Tétreault qui, d’ailleurs, n’avait aucune partition devant lui. Le public lui a offert quatre ovations debout, le violoncelliste l’a remercié avec deux rappels, où la musique de Saint-Saëns et de Bach a été à l’honneur.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top