- PUBLICITÉ -

Emmanuelle Bourgault est fière de présenter Le dilemme, son premier roman.

Emmanuelle Bourgault présente Le dilemme

Résidante de Mirabel et originaire de Sainte-Thérèse, Emmanuelle Bourgault a récemment publié, à compte d’auteure, Le dilemme, son premier roman. Si elle a voulu raconter son histoire, c’est avant tout pour envoyer un message clair à la jeune génération: quand on a un but en tête, il est tout à fait possible de l’atteindre… si on y met du sien.

Emmanuelle Bourgault n’avait que 15 ou 16 ans, selon ses souvenirs, lorsqu’elle a commencé à mettre par écrit l’histoire qui lui trottait dans la tête, racontant les tribulations de cette adolescente, Audrey, dont le cœur oscille entre deux jeunes hommes, Léo et Xavier.

Huit ans plus tard, titulaire d’un baccalauréat en enseignement, elle est heureuse de pouvoir enfin présenter le fruit de son imagination.

«Ça m’a pris plus de six ans à écrire ce roman, de dire Emmanuelle. Le message que je veux aujourd’hui transmettre aux plus jeunes est qu’il est important d’aller au bout de ses projets, de ne pas abandonner. Une fois que notre rêve est réalisé, on se rend compte que les efforts qu’on y a consacrés en ont valu la peine».

Aujourd’hui âgée de 23 ans, la jeune auteure a donc grandi, en quelque sorte, en écrivant son roman. D’ailleurs, indique Emmanuelle, on sent l’évolution de son état d’esprit en le lisant.

«On réalise que les personnages prennent de la maturité en même temps que moi. Même mon écriture, au niveau du vocabulaire utilisé notamment, s’améliore à mesure que l’histoire progresse.»

Difficile de se faire connaître

Emmanuelle l’admet d’emblée: l’objectif qu’elle vise en publiant Le dilemme n’est pas de s’enrichir. Au contraire, ayant choisi de ne pas présenter son roman à une maison d’édition, elle était consciente qu’elle devrait débourser tous les frais associés à la sortie de son livre et qu’elle devrait, par surcroît, en assurer elle-même la promotion.

«En fait, dit-elle à ce sujet, mon rêve était de devenir écrivaine depuis que je suis toute petite. Je ne fais donc pas ça pour l’argent!»

Évidemment, elle apprécierait tout de même en vendre quelques copies, pour éponger ses dépenses, du moins. Mais pourquoi devrait-on se le procurer?

«C’est un livre quelque peu moralisateur, pour les jeunes qui veulent trouver l’amour trop rapidement. À travers ce livre, je veux leur montrer qu’ils ne sont pas pressés et qu’ils ont plein de choses à vivre avant d’en arriver là.»

Le dilemme s’adresse principalement aux adolescents, âgés de 14 à 18 ans, mais pourrait plaire à un plus large éventail. Pour se le procurer, il suffit de visiter la page Facebook [Emmanuelle Bourgault, livre]. L’auteure s’est déjà mise à l’écriture d’un second roman.

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top