- PUBLICITÉ -
La vengeance est un plat qui se mange glacé

L’acteur Liam Neeson interprète un père de famille qui s’improvise justicier à la suite de l’assassinat de son fils.

Poursuite de sang-froid: la vengeance est un plat qui se mange glacé

Poursuite de sang-froid

Lisez la critique de Sébastien Trottier sur un film qui vient de prendre l’affiche dans les salles de cinéma. Cette semaine: Poursuite de sang-froid.

Ayant eu du succès outre-mer avec son long métrage norvégien Order of Disappearance, le réalisateur Hans Petter Moland, reprend les rênes de l’adaptation américaine.

C’est Liam Neeson qui interprète Nels Coxman, un conducteur de chasse-neige, à Kehoe, une station de ski tranquille dans les montagnes du Colorado. Lorsqu’il apprend l’assassinat de son fils par un narcotrafiquant sadique, il troque son rang de «Citoyen de l’année» pour celui de justicier improvisé. Mais la colère et la haine vont peu à peu transformer son désir d’équité en soif de vengeance.

J’ai trouvé la bande-annonce trompeuse. Semblant présager de l’action mur à mur, on fait face en réalité à une comédie noire où les meurtres s’enchaînent. Après que Coxman eut semé le trouble entre les deux barons de la drogue de la région, Viking et l’Indien White Bull poursuivent une succession de règlements de comptes. Plusieurs de ces homicides violents et sanglants sont bien détaillés à l’écran. En prenant du recul, je remarque que le scénario parvient à équilibrer les côtés macabres et absurdes des situations.

Marchandise bien livrée par Liam Neeson

L’acteur vedette démontre une nouvelle fois qu’il peut bien livrer la marchandise. Son rôle de père anéanti présente certaines similitudes avec le protagoniste de l’excellent L’enlèvement. Laura Dern (Star Wars, épisode VIII: Les derniers Jedi), sous les traits de sa femme, a peu de scènes. Je me demande l’intérêt de l’avoir incluse au générique, elle qui disparaît au tiers de l’histoire, sans jamais savoir ce qu’elle est devenue. Tom Bateman (Le crime de l’Orient-Express) en sociopathe particulièrement vicieux et colérique envers ses subordonnés, en met un peu trop dans son jeu. Tom Jackson (la série télévisée Shining Time Station), personnifiant son homologue criminel, est beaucoup plus nuancé. Grâce à ce dernier, les Amérindiens ont une place importante au sein du récit.

Si vous aimez le style des productions de Quentin Tarantino, alors, celui-ci risque de vous plaire.

La semaine prochaine, il sera question du film Alita: L’ange conquérant.

D’ici là, découvrez le site [http://cine-techno.com], afin de consulter les critiques et l’actualité DVD et Blu-ray.

Ma note: 7/10

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top