- PUBLICITÉ -
Une histoire captivante, mais avec une finale bâclée

Quelques-uns des protagonistes invités à ce jeu d’évasion.

Jeu d’évasion: une histoire captivante, mais avec une finale bâclée

Lisez la critique de Sébastien Trottier sur un film qui vient de prendre l’affiche dans les salles de cinéma. Cette semaine: Jeu d’évasion.

Les jeux d’évasion sont populaires depuis quelques années. Le principe est simple, il faut résoudre les nombreuses énigmes réparties au sein de différentes pièces, avec un temps alloué restreint. L’idée de l’adapter au grand écran demeure un bon choix, en dépit de la présence de plusieurs lacunes.

Ce suspense psychologique se situe à Chicago, lors du congé de l’Action de grâce américaine. La compagnie Minos invite six personnes à participer à son jeu immersif. S’ils parviennent à traverser l’ensemble des épreuves, ils pourront remporter la jolie somme de 10 000 $ (dans la bande-annonce, c’est la somme d’un million de dollars). Ils devront absolument collaborer et dévoiler des événements de leur passé, s’ils veulent surmonter les menaces mortelles auxquelles ils font face.

Mélange entre les longs métrages Décadence (sans le côté macabre) et Cube (poussant davantage le concept), l’histoire est captivante, remplie de rebondissements, rythmée, se renouvelant d’une salle à l’autre. Le segment à l’intérieur du bar, où le plafond devient le plancher ainsi que tout ce qui s’y rattache, est de loin mon préféré. C’est dommage d’avoir inclus un prologue inutile, laissant deviner qui risque de s’en sortir vivant.

Visitez lamoisson.com
- Publicité -

Des protagonistes venant de milieux disparates

Les six protagonistes viennent tous de milieux disparates. Légèrement cliché, le scénario réussi malgré tout à s’en éloigner. L’amateur des jeux d’évasion (Nik Dodani), l’homme d’affaires trop confiant (Jay Ellis), l’étudiante brillante renfermée sur elle-même (Taylor Russell McKenzie), Ben travaillant dans un supermarché (Logan Miller), Mike le camionneur (Tyler Labine) et la vétérane de guerre ayant subi un traumatisme (Deborah Ann Woll) sont au cœur du récit. Cette dernière se démarque de ses collègues par son talent d’actrice. Elle nous communique un sentiment de peur et de stress devant ces environnements mystérieux.

Chacun d’eux mériterait d’être mieux développé, car les seuls détails révélés se font via de brefs retours en arrière.

Le plus décevant reste sa finale bâclée, tentant de proposer des éléments pour une hypothétique suite. Je ne suis pas contre un nouveau volet, en espérant que la production prenne les mesures nécessaires de manière à corriger les problématiques.

La semaine prochaine, il sera question du film Verre.

D’ici là, découvrez le site [http://cine-techno.com], afin de consulter les critiques et l’actualité DVD et Blu-ray.

Ma note: 6,5/10

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

Concours IGA Lamoureux
- PUBLICITÉ -
Top