- PUBLICITÉ -

Une héroïne brutale et sensuelle

Pour ce suspense d’action et d’espionnage, David Leitch met à profit son expérience dans le domaine puisqu'il a été un des réalisateurs de John Wick (que je vous recommande). Adapté du roman graphique « The Coldest City », l'histoire sur fond de guerre froide, nous fait découvrir une nouvelle icône féminine qui n'a pas froid aux yeux et qui ne s'en laisse pas imposer.

Tout débute en novembre 1989, alors que le mur de Berlin est sur le point de s’écrouler. Un agent infiltré a été assassiné et l’espionne du MI6 Lorraine Broughton est interrogée par ses supérieurs pour faire le point sur la situation. Elle est de passage dans la capitale allemande afin de mettre la main sur une liste très convoitée. Malgré la présence d’alliés de divers pays, le terrain est fertile en trahisons et en guets-apens. Lorraine l’apprend à ses dépens alors qu’elle se rapproche de l’homme qui possède ce qu’elle recherche et qui est disposé à lui dévoiler l’information à condition de pouvoir s’exiler à l’Ouest.

Sur plusieurs points, on peut comparer le personnage principale à James Bond. Soignant son apparence lors de ses investigations, elle attire l’attention des vilains en disposant d’eux souvent avec brusquerie et violence. Emotionnellement antipathique, elle peut tout à la fois jouer à la séductrice pour la mission, notamment avec Delphine (Sofia Boutella), une espionne française. Sa sensualité est mis de l’avant fréquemment, même lors des scènes de combats, joliment chorégraphiées.

La séquence très brutale où elle doit affronter des vagues d’ennemis dans un escalier puis dans un appartement pour se poursuivre à l’extérieur est spectaculaire. Elle permet de découvrir que Lorraine n’est pas invincible et que sa rage et sa volonté de vivre l’amène à se dépasser.

Les clichés photographiques sont splendides avec leurs couleurs vives et leurs néons, s’harmonisant parfaitement avec la musique remixée de plusieurs hits de cette époque, révélant cette agressivité tout au long du film avec art.

Le scénario, est le point le plus faible de cette production. L’histoire est intéressante, mais elle se complexifie inutilement lors de certains passages.

Charlize Theron est remarquable en incarnant une femme forte et indépendante. James McAvoy est moins convaincant dans son interprétation malgré son charisme.

Il existe plusieurs autres aventures en roman graphique de ce personnage. J’espère qu’elle reviendra au grand écran.

La semaine prochaine, il sera question du film « Kidnappé ».

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top