- PUBLICITÉ -
Angel Forrest - Oceans

Angel Forrest: Come Alive - Bruno Coulais: Oceans

Angel Forrest – Oceans

Angel Forrest

Come Alive

Wonderland Productions

www.myspace.com/angelforrest

S’ayant d’abord fait connaître par son interprétation de la mythique Janis Joplin dans une comédie musicale à grand déploiement, qui devait amener à un deuxième album pour elle, Angel Sings Janis Live, paru en 1998, la chanteuse Angel Forrest a commencé, en 2001, à écrire ses propres compositions. Cela a débuté avec l’album Étrange ce qui dérange (2001) et des chansons françaises, auxquelles les Steve Hill et Rick Haworth ont collaboré, puis avec Here For You (2005), sur lequel elle renouait avec sa langue maternelle. L’album a connu un beau succès puisque pas moins de 15 000 exemplaires ont trouvé preneur. Cinq ans plus tard, la chanteuse revient avec un cinquième album en carrière qui, encore une fois, fait honneur à la langue de Shakespeare. Cette fois, la fougueuse chanteuse à la chevelure rousse propose onze compositions originales, dont une pièce instrumentale, enregistrées en deux sessions de 12 heures. Bien sûr, elle fait honneur au blues et au rock-folk des années 1970, mais aussi à la pop et au country-blues. Accompagnée des Denis Coulombe (guitare acoustique, basse, voix), Rob MacDonald (guitare électrique, dobro, mandoline, banjo), Sly Coulombe (batterie, percussions), Alec McElcheran (basse) et Bernard Quessy (orgue Hammond B3, clavier Wurlitzer), complices de longue date avec qui elle partage aussi les planches, Angel Forrest impressionne encore une fois avec sa voix puissante et rauque, qu’elle sait cependant bien doser. Sans vraiment innover en la matière, Angel Forrest nous propose ici un album fort honnête, bien réalisé, qu’un large public saura certainement apprécier, entre autres dans le nouveau resto-salle qu’elle et son chum viennent d’acquérir à Glen Sutton, en Estrie.

Bruno Coulais

Oceans

Tandem.mu

Après Le peuple singe, Microcosmos et Le peuple migrateur, pour ne nommer que ceux-là, le réalisateur Jacques Perrin, aidé de Jacques Clouzaud, a décidé, pour son plus récent documentaire, de se tourner vers la mer et les nombreux mammifères qui l’habitent. Sorti en salle cette année, le film a nécessité quatre ans de tournage sur plus de 50 lieux des mers du monde. Dans ce film, Perrin s’interroge sur l’empreinte que l’homme impose à la vie sauvage et invite à la protection des océans, face à la pêche abusive, à la pollution et au réchauffement climatique. Pour la trame sonore de ce documentaire, il a de nouveau fait appel au compositeur français Bruno Coulais avec lequel il a déjà collaboré par le passé (Microcosmos, Le peuple migrateur). Coulais, à qui l’on doit aussi la bande originale du film Les choristes, nous propose donc ici de suivre ces mammifères marins tout en musique. On retrouve donc ici 21 compositions portées par un orchestre de violons, harpe, flûte, percussions et choristes. Comme l’est le documentaire, la musique qui l’accompagne se révèle tout aussi magistrale.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Concours

concours-iga-lamoureux
- PUBLICITÉ -
Top