- PUBLICITÉ -
La bête du lac

La bête du lac: Le gardien (Glénat Québec)

La bête du lac

Bien connu pour sa collaboration comme coloriste dans plusieurs séries, entre autres Magasin général (sept albums à ce jour), de Régis Loisel et Jean-Louis Tripp, le Québécois François Lapierre est aussi un scénariste et un dessinateur de grand talent. On lui doit, entre autres, la série Saga-Nah, malheureusement interrompue à deux titres, et Chroniques sauvages, dont le premier titre est en nomination aux Prix Bédélys 2011, dans la catégorie «Bédélys Québec». Ce prix est remis à la bande dessinée francophone éditée au Québec s’étant la plus démarquée en cours d’année. Les gagnants des différentes catégories de ces Prix Bédélys seront d’ailleurs connus ce mercredi 4 avril. Lapierre a aussi participé à quelques collectifs, dont Contes et légendes du Québec paru en 2008.

La plus récente création de Lapierre à titre de scénariste a, cette fois-ci, pour titre La bête du lac. C’est donc à Lac-à-l’Ombre, un petit village du Nord-du-Québec, que nous retrouvons, dans le premier album de cette série, Le gardien (Glénat Québec), Ovide. Celui-ci est à la recherche de son frère jumeau Gédéon, disparu depuis l’hiver. Des indices le mènent jusqu’au bord du fameux Lac-à-l’Ombre, situé à quelques lieues du village. Mais, l’endroit a mauvaise réputation et est sinistre, surtout la nuit. Ovide y fait la rencontre d’une sirène prise dans le lac. Celle-ci lui raconte que son frère jumeau est mort, dévoré par Shoshaminissipeshimi, la «bête du lac». Cette rencontre sera le déclencheur de toute une série d’évènements que seuls les plus vieux pouvaient se douter…

Comme pour ses précédents récits, François Lapierre prend ici plaisir à trouver sa source d’inspiration dans le fantastique et la mythologie amérindienne. En plus de voir aux couleurs avec Annie Richard, il est bien supporté, dans son travail, par le dessinateur Patrick Boutin-Gagné, un artiste né en 1970 dans le petit village de Clova, en Mauricie, et œuvrant dans les secteurs de la bande dessinée, du story-board et du design. Ce premier album de trois est déjà annonciateur de bons et «ensorcelants» moments. Espérons seulement que la maison d’édition Glénat donnera la chance à François Lapierre et à Patrick Boutin-Gagné de compléter pour nous ces trois albums.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top