- PUBLICITÉ -
Astérix le Gaulois

Astérix le Gaulois: Astérix chez les Pictes (Éditions Albert René).

Astérix le Gaulois

Après avoir porté le flambeau pendant presque 30 ans, soit de 1980 à 2009, après le décès du scénariste René Goscinny (auteur de 25 des 35 aventures d’Astérix le Gaulois), le dessinateur Albert Uderzo, aujourd’hui âgé de 86 ans, a décidé de remiser ses crayons. Est‑ce que son départ allait signifier la fin des émissions? Oh que non! Surtout quand on sait qu’il s’est vendu à ce jour 350 millions d’albums mettant en vedette le petit Gaulois et ses amis. Surtout quand on sait que la série est traduite en 110 langues, qu’elle a inspiré huit films d’animation, quatre films live. Bref, depuis la parution du premier album, en 1961, la série Astérix le Gaulois génère des millions de dollars. Abandonner la série? Jamais, par Toutatis!

C’est donc entre les mains de deux nouveaux auteurs, le scénariste Jean-Yves Ferri, connu entre autres pour ses collaborations avec Manu Larcenet, et le dessinateur Didier Conrad, connu, lui, pour sa série Les Inommables, qu’a été confiée la destinée des irréductibles Gaulois. Les deux nouveaux auteurs nés en 1959, tout comme Astérix, signent donc leur toute première aventure, celle‑ci ayant pour titre Astérix chez les Pictes (Éditions Albert René). Et, avouons‑le bien sincèrement, le nouveau tandem s’en tire pas si mal. Ce qui, après plusieurs scénarios fort décevants d’Uderzo, est déjà une bonne nouvelle en soi…

Pour cette première aventure, Ferri et Conrad ont décidé de renouer avec une formule bien éprouvée par Goscinny, celle de la rencontre des Gaulois avec d’autres peuples. Après les Goths, les Bretons, les Normands, les Hispaniques, les Helvètes, les Corses, les Indiens d’Amérique et les Belges, voilà qu’Astérix et ses amis vont faire la connaissance des Pictes, peuples de l’ancienne Écosse, redoutables guerriers aux multiples clans. C’est la découverte d’un Picte, du nom de Mac Oloch, emprisonné dans un bloc de glace, qui sera le point de départ de cette nouvelle aventure qui mènera Astérix et son fidèle compagnon Obélix jusqu’en Écosse.

Cette 35e aventure comporte tous les ingrédients qui ont fait la renommée de la série à ses débuts: des jeux de mots bien tournés, de nouveaux personnages intéressants, dont cet agent romain de recensement, des bagarres avec les Romains, une rencontre avec les pirates, bref une histoire qu’il fait plaisir de lire et qui fait sourire. Et la relève aux dessins est excellente. Ce n’est pas un grand cru à la René Goscinny, certes, mais disons que la série redémarre de bien belle façon.

 

 

 

 

 

 

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

Section Concours

Concours Mariage 2019
- PUBLICITÉ -
Top