- PUBLICITÉ -
Asgard

Asgard: Pied-de-fer (Dargaud).

Asgard

Nous sommes en l’an 800. Né infirme un soir d’orage, avec un seul pied, le fils de Leïf aurait dû, selon la tradition, être tué immédiatement par son propre père. Il était, en effet, un «skräeling», et pour les Vikings, cela est la pire malédiction que les Dieux d’Asgard pouvaient jeter à un mortel. Au lieu de tuer ce fils maudit, Leïf a plutôt choisi de le laisser en vie et de lui donner comme nom celui du royaume qui le refusait: Asgard.

Quarante hivers plus tard, Asgard est devenu le plus grand chasseur du Fjördland, un chasseur à la prime sur les proies les plus extraordinaires. Surnommé «Pied-de-fer», en raison de sa jambe d’acier, Asgard fait la rencontre d’une jeune esclave, Sieglind, qui, par miracle, a échappé au naufrage du navire de pêche où elle travaillait. Ensemble, ils retournent à Dyflin, là où l’agitation règne. En effet, un Krökkentötter, un redoutable monstre, rôde dans les eaux des fjords, détruisant bon nombre de drakkars de guerre et de navires de pêcheur, ainsi que leurs équipages. Le roi Jarl décide alors de faire appel à Asgard qui, pour cette mission, sera accompagné par un émissaire du roi, par un prêtre scalde, une femme maître de pêche et la jeune Sieglind.

Voilà donc la toile de fond imaginée par le scénariste Xavier Dorison avec Asgard: Pied-de-fer (Dargaud), premier de deux tomes d’une des rares séries de bandes dessinées mettant à l’honneur le monde viking. Prévu pour intégrer la nouvelle série Les mondes de Thorgal, ce récit de Dorison et du dessinateur Ralph Meyer n’a finalement rien du monde «thorgalien». On a ici droit à un récit tout à fait efficace et en puissance qui, pourquoi pas?, pourrait devenir une série à part entière, une fois ce dyptique complété! Bien évidemment, un récit à découvrir!

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top