- PUBLICITÉ -
Après Cannes

Les artisans du film

Après Cannes, conquérir les salles du Québec

Sarah préfère la course

Le Cinéma Saint‑Eustache a donné le coup d’envoi à la tournée en salles québécoises du film Sarah préfère la course, qui a été chaudement applaudi au Festival de Cannes en mai dernier. La réalisatrice Chloé Robichaud, la productrice Fanny‑Laure Malo et l’acteur de soutien Jean‑Sébastien Courchesne étaient présents, le dimanche 2 juin dernier, pour la première du film, à laquelle une centaine de personnes ont assisté, dont les membres du club d’athlétisme Les Vainqueurs et les adeptes de Ciné-Répertoire présenté au Cinéma Saint‑Eustache.

Le film, retenu en Sélection officielle à Cannes dans la catégorie Un certain regard, met en scène Sarah, coureuse de demi‑fond. Recrutée par l’équipe de course de l’Université McGill, elle emménage à Montréal avec un ami, qu’elle accepte d’épouser pour avoir accès aux bourses d’études du gouvernement.

«Je voulais parler des difficultés d’avoir un rêve, pas d’avoir des médailles ou d’arriver premier», a expliqué Chloé Robichaud, avant la projection. Le personnage de Sarah, introverti, intègre à la fois une équipe de course et le monde adulte. La jeune femme y surmonte des épreuves physiques et morales accompagnée de ses proches, interprétés notamment par Jean‑Sébastien Courchesne, Geneviève Boivin‑Roussy, Hélène Florent, Micheline Lanctôt et Ève Duranceau.

«C’est un film qui sort des stéréotypes, a affirmé Jean‑Sébastien Courchesne. C’est un peu comme si on avait inversé les pôles entre les deux personnages: on ne voit pas souvent la caricature de l’homme rose au cinéma et de la fille plus ambitieuse. Il y a beaucoup de gens qui sont comme ça, mais pas au cinéma.»

Le projet de Sarah préfère la course était celui d’une artiste aussi déterminée. Malgré l’absence de financement six mois avant le tournage, Chloé Robichaud a demandé aux deux actrices d’entreprendre leur entraînement de course deux à trois fois par semaine avec Jean‑François Martel, entraîneur au club Les Vainqueurs. En attendant d’avoir le financement, la réalisatrice a produit avec Fanny‑Laure Malo le court-métrage Chef de meute, en compétition officielle au Festival de Cannes en 2012 dans la catégorie Courts-métrages. «Ça a été un argument de poids pour convaincre les institutions de financer Sarah préfère la course», a conclu la productrice, qui a étudié avec Chloé Robichaud à l’École de cinéma de l’Université Concordia et à l’Institut national de l’image et du son (L’inis).

La deuxième expérience au Festival de Cannes pour Chloé Robichaud s’est avérée marquante. «Cannes, c’était grandiose. On a eu davantage de visibilité avec un long-métrage cette année, beaucoup de promotion. Et le film a été très bien accueilli en plus!» a souligné la cinéaste de 25 ans. C’est le film du réalisateur cambodgien Rithy Panh, L’image manquante, qui a remporté le prix de la catégorie Un certain regard dans laquelle le film québécois était en lice.

Chloé Robichaud se prépare déjà à la réalisation de son prochain projet, Pays, qu’elle espère voir sur les écrans de Cannes également. Le scénario traitera d’un conflit politique entre trois femmes, prévoit‑elle.

Le film Sarah préfère la course est en salles depuis le 7 juin partout au Québec.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top